Gaz, électricité, carburant... Les réponses du gouvernement face à l'inflation record

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Nicolas Guyonnet / Hans Lucas via Reuters Connect

Électricité, gaz, carburants... Les augmentations de prix s'enchaînent depuis plusieurs mois au grand damn du porte-monnaie des Français. Au 1er octobre, les tarifs réglementés du gaz augmenteront de 12,6 % tandis que les prix de l'électricité sont également attendus à la hausse, entre 10 % et 12 %, en février 2022. Le carburant lui, s'achète jusqu'à près de 2 euros le litre dans certaines stations-essence. 

Face à cette inflation record, le gouvernement veut riposter pour préserver le pouvoir d'achat des France alors que le souvenir des « Gilets jaunes » est dans toutes les têtes... Tout comme l'élection présidentielle qui se profile. 

Dans cette optique, Jean Castex était invité du journal de 20 heures de TF1, ce jeudi 30 septembre, pour y annoncer les mesures prises par l'exécutif.

Gaz : des prix bloqués tout l'hiver

Alors que les tarifs réglementés du gaz doivent augmenter de 12,6 % ce vendredi 1er octobre, une nouvelle augmentation d'environ 15 % est attendue au 1er novembre prochain. Selon Jean Castex, ces tarifs doivent bondir au total d'environ 30 % d'ici la fin de l'année 2021. 

Le Premier ministre a ainsi annoncé que l'État allait avoir recours à un mécanisme de blocage des tarifs réglementés du gaz durant tout l'hiver. Concrètement, la hausse d'octobre sera la dernière de l'année. Selon le chef du gouvernement, citant des experts, « le prix du gaz devrait dégringoler partir du mois d'avril ». C'est à ce moment que l'exécutif opérera un « lissage » des augmentations évitées. 

Électricité : baisser les taxes... et la facture

Autre point de crispation majeur pour le pouvoir d'achat des Français, les tarifs de l'électricité qui devraient aussi augmenter d'une douzaine de points d'ici février 2022. Pour limiter cette hausse, Jean Castex a annoncé sur TF1 que l'État baissera les taxes appliquées sur cette énergie afin que celle-ci n'atteigne au final que 4 %. 

En vidéo : Tout comprendre à la hausse du prix de l'électricité

Chèque énergie : un nouveau coup de pouce ?

Le gouvernement l'avait déjà annoncé : il accordera au mois de décembre une rallonge de 100 € du chèque énergie aux 5,8 millions de foyers français qui en bénéficient. 

Selon Jean Castex, l'exécutif prendra ses responsabilités « si les mesures que nous prenons ne sont pas suffisantes ». 

Carburant : statu-quo en espérant la baisse

« Concernant le carburant, la situation est un peu différente », a affirmé Jean Castex, donnant d'emblée le ton. « On est pas dans l'explosion que l'on constate sur les cours mondiaux du gaz et de l'électricité. Nous sommes attentifs à cette situation », a-t-il précisé. 

En clair, le gouvernement n'agira pas dans l'immédiat, pariant sur une baisse des prix dans les prochaines semaines. Pour rappel, le prix du litre d'essence et de diesel à la pompe était l'une des composantes qui entraîna le mouvement des « Gilets jaunes ». 

A lire aussi