Tout savoir sur FR-Alert, le nouveau dispositif d'alerte lancé par le gouvernement

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
oatawa

Incendie, inondation, attentat… Vous serez bientôt prévenu directement sur votre smartphone en cas d’événement grave survenant dans votre zone. Les autorités françaises vont déployer un nouveau système d’alerte par téléphone, intitulé FR-Alert. En phase de test depuis fin avril dans certaines localités, il sera opérationnel partout en France hexagonale et en Outre-mer à la fin du mois de juin.

C’est quoi exactement ?

Ce nouveau dispositif d’alerte va permettre d’envoyer des notifications sur les téléphones portables des personnes situées dans une zone confrontée à un événement grave. Les destinataires les recevront même si leur smartphone est verrouillé. Le message pourra être accompagné d’une alerte sonore et d’une vibration. En revanche, la notification ne s’affichera pas sur les smartphones éteints ou « en mode avion ».

Les notifications donneront des informations sur :

  • la nature du risque (un feu, une inondation, un accident industriel, un attentat, etc.) ;
  • l’autorité qui diffuse l’alerte ;
  • la localisation du danger (établissement, quartier, commune, agglomération, département, etc.) ;
  • l’attitude à adopter (rester chez soi, évacuer la zone, etc.) ;
  • et le cas échéant, un lien pour obtenir des informations supplémentaires sur un site internet officiel.

Outre la notification d’alerte, des informations sur l’évolution de la situation seront également diffusées et la fin de l’alerte fera l’objet de l’envoi d’une notification.

Pour quels événements ?

Les événements majeurs pouvant faire l’objet d’une notification d’alerte sont :

  • les dangers naturels (inondations, tempête et cyclone, incendie, éruption volcanique, etc.) ;
  • les accidents biologiques et chimiques (pollution, fuite de gaz, incident nucléaire, etc.) ;
  • les dangers sanitaires (épidémie, incident agro-alimentaire, etc.) ;
  • les incidents technologiques et industriels (panne des moyens de télécommunication, accidents graves sur les réseaux routiers, ferroviaires ou aériens, incident industriel, etc.) ;
  • les événements graves de sécurité publique, tels que les attentats.

Comment recevoir les alertes ?

Il n’y a pas besoin de télécharger une application mobile ou de s’inscrire au préalable à une plateforme pour recevoir les alertes. En effet, FR-Alert s’appuie sur la diffusion cellulaire, technologique qui consiste en la diffusion d’une notification qui s’affiche sur l’écran du téléphone en quelques secondes, et qui peut être accompagnée d’un son intrusif. Le message est donc diffusé via les antennes de télécommunication sous la forme d’ondes radio, sur un canal dédié. Dans un deuxième temps, le dispostifi d’alerte s’appuiera également sur la technologie des SMS géolocalisés, qui permet de diffuser des SMS via les antennes relais identifiées dans le secteur à alerter.

Toutefois, si vous détenez un smartphone Apple, il faudra tout de même accepter la demande de « mise à jour des réglages de l’opérateur » pour recevoir les notifications. Les détenteurs d’un téléphone Android n’auront, eux, aucune démarche à effectuer.

Que faire si vous recevez une alerte avant fin juin ?

Les notifications d’alerte envoyées d’ici fin juin sont effectuées dans le cadre d’exercices de Sécurité civile ou de sécurité publique. Si vous en recevez une, vous n’avez pas besoin de respecter un comportement de mise en sécurité.

FR-Alert va-t-il remplacer les autres dispositifs d’alerte ?

Non, il « vient compléter le système d’alerte et d’information des populations (SAIP) qui comprend plus de 2 000 sirènes raccordées à un logiciel de déclenchement à distance, l’activation des médias TV et radio pour diffusion des messages d’alerte et d’information sur leurs antennes ainsi que la mobilisation des comptes institutionnels sur les réseaux sociaux », précise le ministère de l’Intérieur dans un communiqué.

L’Etat aura-t-il accès à vos données ?

Non, l’Etat n’aura pas accès à la géolocalisation des téléphones portables puisque le dispositif repose sur « l’envoi de l’alerte via les antennes relais des opérateurs de téléphonie », rassure le ministère de l’Intérieur.

Sujets associés

POUR ALLER PLUS LOIN