Factures EDF impayées : une réduction de puissance plutôt qu’une coupure d’électricité

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
AntonioGuillem

La fin de la trêve hivernale, vendredi 1er avril, peut concerner les factures d’électricité : les personnes ayant accumulé des dettes risquent de subir une coupure de courant. EDF a décidé de maintenir la fourniture d’électricité à ses clients particuliers qui n’ont pas réglé leurs factures, remplaçant « la coupure par une limitation de puissance à 1 kVA [kilovoltampère] », a confirmé mardi un porte-parole du groupe auprès de l’Agence France-Presse (AFP).

Le 12 novembre 2021, le numéro un du marché, héritier du monopole historique, avait indiqué vouloir assurer un tel « service minimum »« Une puissance de 1 kVA permet de maintenir plusieurs usages essentiels de l’électricité, tels que l’éclairage, le fonctionnement d’équipements de cuisine (le réfrigérateur, le congélateur, etc.) ou encore la recharge d’appareils électroniques », avait détaillé le groupe dans un communiqué.

« EDF privilégie déjà depuis plusieurs années la limitation de puissance à 1 kVA préalablement à la coupure d’alimentation pour les clients en situation d’impayés et hors trêve hivernale. Ce choix a permis de réduire le nombre de coupures d’alimentation d’un tiers en cinq ans », soulignait le groupe.

« Service minimum de l’électricité » également proposé par Plüm Energie

Le 31 mai 2021, jour de fin de la trêve hivernale l’année dernière, le fournisseur alternatif d’électricité Plüm Energie avait annoncé « la mise en place d’un service minimum de l’électricité » au profit des « foyers les plus précaires », incluant « une puissance électrique minimale de 1 000 watts ».

Seuls Plüm Energie et EDF accordent une réduction de puissance à la place d’une coupure, explique à Merci pour l'info le Médiateur national de l’énergie.

Premier fournisseur alternatif d’électricité, TotalEnergies n’a pas accordé une telle mesure. Interrogé sur l’éventualité d’un alignement sur EDF, le géant de l’énergie n’a pas répondu à Merci pour l'info.

« La réduction de puissance « ne correspond pas à une pratique généralisée »

La réduction de puissance « ne correspond pas à une pratique généralisée, certains fournisseurs préférant mettre en œuvre des mesures plus radicales pour obtenir le paiement des factures, en faisant suspendre l’électricité et/ou le gaz de leurs clients, voire en résiliant directement les contrats de fourniture », notait le Médiateur national de l’énergie dans un communiqué diffusé le 7 mars.

Les réductions se font « désormais à distance », par le biais des « compteurs communicants Linky », un fonctionnement qui les rend « plus simples et plus rapides à mettre en œuvre », constatait l’autorité. Les rétablissements se font également sans intervention d’un technicien à votre domicile.

Le Médiateur national de l’énergie a enregistré une hausse de 64 % du nombre de réductions de puissance entre 2019 et 2021. Le nombre de réductions a atteint 274 290 en 2019, 252 077 en 2020 et 448 259 l’année dernière.

Par comparaison, le nombre total d’interruptions et de coupures s’est élevé à 279 950 en 2019, à 215 124 en 2020 et à 254 422 l’année dernière.

Sujets associés

POUR ALLER PLUS LOIN