Arnaque : gare aux demandes de paiement par coupons PCS sur Internet

3 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© fizkes

Ces dernières semaines, les escroqueries au paiement par coupons PCS se développent et font de plus en plus de victimes en France, si bien que les services de police et gendarmerie multiplient les alertes à la vigilance.

Le procédé est toujours le même. Les escrocs se servent des cartes PCS pour soutirer de l’argent à des internautes. Ces cartes prépayées rechargeables fonctionnent comme une carte de paiement standard, dont le plafond est limité par le montant que l’on crédite par le biais de coupons de recharge. Des tickets d’une valeur de 20 à 250 € achetés en ligne ou chez le buraliste.

Ces cartes permettent de retirer de l’argent ou de payer ses achats en ligne ou chez des commerçants. Sauf qu’à la différence d’une carte bancaire, elles ne sont pas reliées à un compte en banque. N’importe qui peut donc en acheter une sans avoir à fournir la moindre identité. Un avantage dont profitent les aigrefins qui demandent à leurs proies d’acheter des coupons recharges PCS au bureau de tabac et de leur envoyer le code qui se trouve dessus afin de pouvoir créditer leur carte PCS. Le tout anonymement. Evidemment, les personnes qui se laissent duper ne reverront jamais leur argent.

Ce genre d’arnaques est « typique de ceux qu’on appelle les « brouteurs » d’Afrique de l’Ouest (Côte d’Ivoire, Sénégal, Nigéria) mais elle peut aussi être perpétrée depuis l’Afrique du Nord ou par des francophones établis dans les pays de l’Est, à Chypre, en Israël, etc. », explique à l’UFC-Que Choisir Jean-Jacques Latour, responsable de l’expertise en cybersécurité pour le site d’assistance officiel aux cybervictimes Cybermalveillance.gouv.fr.

Les cartes PCS sont émises par la société française CreaCard mais elles ne sont pas les seules à être utilisées par les escrocs qui recourent également à Neosurf, Transcash ou aux mandats cash de Western Union, eux aussi intraçables.

Des arnaques diverses

Les escroqueries à la carte prépayée se manifestent sous différentes formes. Il peut s’agir du faux ami qui se trouve à l’étranger et qui réclame par mail de lui envoyer rapidement de l’argent. Ou bien de la fausse annonce de location sur les sites entre particuliers. Les arnaqueurs attirent leurs victimes en proposant un bien à louer en dessous des prix du marché.

Une fois appâtées, ils demandent de fournir par mail un dossier de location avec documents d’identité, fiches de paie, avis d’imposition, une caution et le premier mois de loyer à régler en coupons. Les « brouteurs » agissent aussi sur les applications de discussions (WhatsApp, Instagram, Snapchat, etc.), les sites de rencontres ou encore le Market place de Facebook. Ils se font aussi passer par téléphone ou par mail pour des personnes agissant sous de fausses qualités : employeur, banque, technicien, notaire, administration, etc.

Que faire si on vous demande des coupons de recharge PCS ?

Dans tous les cas, dès lors qu’une personne rencontrée sur Internet vous demande de lui verser de l’argent via des coupons de recharge de carte PCS, il faut vous méfier. « Il y a 99 % de chances que ce soit une arnaque », met en garde Jean-Jacques Latour.

Que faire si vous avez été victime de l’arnaque ?

Si vous avez acheté des coupons PCS et envoyé le code unique à l’escroc, déposez plainte au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie. Même si vous ne pouvez pas récupérer votre argent, une enquête pourra être menée pour tenter de retrouver les auteurs de l’escroquerie.

Pensez également à signaler l’arnaque sur le site officiel consacré aux contenus illicites Internet-signalement.gouv.fr ou en contactant « Info escroqueries » au 0 805 805 817. Le numéro est gratuit et joignable du lundi au vendredi, de 9h à 18h30.

A lire aussi