Engie : une remise sur les factures d’électricité et de gaz pour les titulaires du chèque énergie

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Catherine MacGregor, au forum de l’association Paris Europlace, le 12 juillet. - Benoit Tessier – Reuters

Engie va offrir à ses 880 000 clients bénéficiant du chèque énergie une remise sur le montant de leurs factures d’électricité et de gaz, a fait savoir la directrice générale du groupe, Catherine MacGregor, dans un entretien mis en ligne jeudi 28 juillet par Le Parisien/Aujourd’hui en France.

« Nous allons offrir un complément au chèque énergie, distribué par le gouvernement, à tous nos clients qui en sont bénéficiaires, soit 880 000 personnes. II prendra la forme d’une remise, d’un montant de 100 euros en moyenne par client en novembre. Le coût s’élève à 90 millions d’euros pour Engie », a expliqué Catherine MacGregor au journal. Interrogé au sujet des modalités de calcul de la remise, le groupe n’a pas répondu aux questions de Merci pour l’info.

Attribué une fois par an, sous conditions de ressources, le chèque énergie représente un montant compris entre 48 euros et 277 euros. À la fin de l’année 2021, un chèque exceptionnel de 100 euros a été en plus accordé aux quelque 5,8 millions de ménages qui bénéficient du dispositif.

« Un geste citoyen, pour aider nos clients »

Catherine MacGregor a démenti répondre à la proposition, formulée par des députés de la majorité et des oppositions, d’un impôt sur les superprofits réalisés par les grands groupes qui tirent parti du niveau record des prix de l’énergie. D’après elle, « c’est avant tout un geste citoyen, pour aider nos clients. Comme vous le savez, Engie ne produit pas de gaz, mais l’achète et le revend au prix de marché. Il n’y a donc pas là de surprofit », a assuré la dirigeante.

« Sur l’électricité, certains actifs, notamment nos centrales nucléaires en Belgique, ont effectivement bénéficié des prix élevés de l’énergie. Ils sont soumis à un régime de taxes et de redistribution des profits qui est déjà très bien défini. Cela nous permet de retourner une proportion importante de ces bénéfices aux Etats concernés », a précisé Catherine MacGregor.

Sujets associés

POUR ALLER PLUS LOIN