Electroménager : l’étiquette énergie change à partir du 1er mars

A partir du 1er mars, de nouvelles étiquettes énergie plus compréhensibles seront affichées sur les réfrigérateurs, les lave-linge, les lave-vaisselle ou encore les télévisions.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Les nouvelles étiquettes énergie comprendront une échelle de A à G et les classes A+, A++ et A+++ seront supprimées.
Les nouvelles étiquettes énergie comprendront une échelle de A à G et les classes A+, A++ et A+++ seront supprimées. Les nouvelles étiquettes énergie comprendront une échelle de A à G et les classes A+, A++ et A+++ seront supprimées.

Depuis 1994, l’étiquette énergie européenne permet de connaître en un coup d’œil la consommation d’électricité et éventuellement d’eau des appareils électriques et électroménagers grâce à un code couleur associé à une lettre (de A+++ à G). A partir du 1er mars, elle va évoluer afin d’être plus lisible.

Quatre catégories de produits sont concernées : les réfrigérateurs, congélateurs et caves à vin, les lave-vaisselle, les lave-linge et les écrans comme les téléviseurs. Les ampoules commenceront à afficher la nouvelle étiquette en septembre prochain. Pendant la période de transition, il sera possible de trouver les deux étiquettes dans le carton.

Fini les classes A+, A++ et A+++

La nouvelle version comprendra une échelle de A à G et les classes A+, A++ et A+++ seront supprimées. « Aujourd’hui, la plupart des modèles se trouvent dans les classes les plus élevées (A+++, A++, A+) et aucun produit n’est classé dans les classes plus basses (y compris parfois la classe A) », expliquait l’année dernière la Commission européenne. Résultat, les consommateurs ont du mal à distinguer les produits les plus performants : « ils peuvent penser qu’en achetant un produit de la classe A+, ils achètent l’un des plus performants sur le marché, alors qu’en réalité ils achètent parfois un produit moyen, voire un des moins performants ».

Exemple d’étiquette énergie pour un lave-vaisselle

Un QR-code donnera des informations supplémentaires

Selon le produit, l’étiquette énergie indiquera la consommation d’électricité mais aussi d’autres informations à l’aide de pictogrammes afin de permettre aux consommateurs de mieux comparer les produits. Elle pourra par exemple indiquer l’eau utilisée pour chaque cycle de lavage, la capacité de stockage, le bruit émis, etc. D’autres critères sur la réparabilité ou la recyclabilité des appareils seront progressivement ajoutés dans la notation.

Enfin, un nouvel élément apparaîtra : un QR code. En le scannant sur son smartphone, le consommateur obtiendra des informations complémentaires officielles non commerciales renseignées par le fabricant. Elles seront enregistrées dans une base de données européenne des produits.

« Grâce à cet affichage plus lisible, chaque foyer sera incité à investir dans les équipements les plus efficaces », explique l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Selon la Commission européenne, les ménages européens pourraient économiser en moyenne 150 € par an.

Les fabricants seront quant à eux incités « à faire toujours mieux ». « La nouvelle classe A, très exigeante, ne correspond à aucun produit existant sur le marché actuellement », indique l’Ademe.

D’autres catégories de produits comme les climatiseurs, les sèche-linge à tambour, les aspirateurs ou les chauffe-eau afficheront la nouvelle étiquette à partir de 2022.

 

A lire aussi

Partager cet article :