Electricité : vous allez devoir payer votre compteur Linky !

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Eric Gaillard-Reuters

La pose des compteurs électriques communicants Linky d’Enedis, filiale d’EDF, sera bel et bien payante. Alors que plus de 90 % des foyers français en sont désormais équipés, les particuliers vont devoir commencer à le rembourser à partir de 2022, selon les informations du Parisien. Le coût du déploiement est estimé à 5,7 milliards d’euros, soit 130 € par boîtier, fabrication et pose comprises, auxquels il faut rajouter des frais annexes, d’après un rapport de la Cour des comptes de 2018.

En 2011 pourtant, au moment du lancement du chantier, Eric Besson, le ministre de l’Industrie et de l’Energie de l’époque, avait affirmé au quotidien que le petit boîtier jaune ne coûterait « pas un centime aux particuliers ». Sur les 5,7 milliards d’euros, Enedis avait annoncé prendre à sa charge 5,39 milliards d’euros : 10 % provenant de ses fonds propres et le reste grâce à un emprunt auprès de la Banque européenne d’investissement (BEI) à un taux avantageux de 0,77 %. Une somme qui sera finalement remboursée par les usagers grâce à un mécanisme dit de « différé tarifaire » qui permet à Enedis de décaler le remboursement dans le temps.

15 euros à rembourser par an jusqu’en 2030

A partir de 2022, plusieurs centaines de millions d’euros seront prélevés chaque année sur la facture des usagers jusqu’à atteindre 2 milliards d’euros en 2030. Cela pourrait représenter  une quinzaine d’euros par an. L’opération s’avère très avantageuse pour la filiale d’EDF puisque le taux d’intérêt appliqué au remboursement sera de 4,6 %, selon les calculs de la Cour des comptes. Enedis réalisera ainsi une marge de 2,8 %, soit un demi-milliard d’euros d’intérêts supplémentaires.

Quant aux 3,7 milliards d’euros restants, Enedis assure qu’ils seront « compensés par les économies générées grâce au compteur. Avec des relevés désormais réalisés à distance par exemple ». Le groupe estime pouvoir économiser un milliard d’euros de charges d’exploitation sur les quatre prochaines années.

Le gouvernement dément l’augmentation des factures

Dans un communiqué envoyé ce mardi soir à la presse, le gouvernement dément l’augmentation des factures d’électricité pour rembourser l’installation des compteurs Linky. « Le montant de 130 € de coût d’installation par compteur (…) n’est pas supporté par le consommateur final. Ce coût est directement supporté par l’entreprise Enedis qui le recouvre par les économies d’exploitation d’un réseau plus moderne, plus flexible et mieux équipé, permettant par exemple de réduire les frais liés aux relevés de compteurs », explique le ministère de la Transition écologique.

Le consommateur fera-t-il des économies ?

Reste à savoir si les consommateurs seront in fine gagnants financièrement. Le compteur doit, en théorie, permettre de pouvoir faire des économies, grâce au suivi en temps réel de sa consommation d’électricité. Mais les associations de consommateurs sont dubitatives. En 2018, l’UFC-Que Choisir avait d’ailleurs lancé une pétition pour dénoncer le coût du compteur et le manque de bénéfices économiques pour les usagers.

En vidéo : 2 minutes pour comprendre : Comment refuser le compteur Linky ?

A lire aussi