Electricité : les factures des ménages français ont explosé en dix ans

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© weerapatkiatdumrong

En dix ans, la facture d’électricité des ménages chauffés à l’électricité au tarif réglementé de vente (TRV) a augmenté de près de 50 %, dénonce l’UFC-Que Choisir dans une étude publiée ce jeudi 20 mai.

Concrètement, un ménage ayant une consommation annuelle de 8 500 kWh (4 590 kWh en heures pleines et 3 910 kWh en heures creuses) avec un abonnement en 9kVA aura vu passer sa facture d’électricité de 1 019 € à 1 522 € entre 2010 et 2020. Si la fiscalité, qui pèse pour un tiers de la facture, « est souvent pointée du doigt pour expliquer la cherté de l’électricité, force est de constater que ce n’est pas son augmentation, bien que réelle, qui est la principale cause de cette explosion tarifaire », explique l’association de consommateurs.

Inflation galopante du prix de l’électricité

Depuis dix ans, le prix hors taxes du tarif réglementé de vente de l’électricité (TRV) a, en effet, augmenté de 40 %, un chiffre plus de trois fois supérieur à l’inflation sur la période (12,4 %). Une croissance qui s’est concentrée pour moitié au cours des trois dernières années.

« Si la hausse des coûts de transport et de distribution de l’électricité participe grandement au phénomène, c’est surtout celle des coûts liés à l’approvisionnement en énergie qui explique la dynamique haussière la plus récente. Ainsi, de 2018 à 2019, cette composante du TRV a augmenté de 15,2 % », précise l’UFC-Que Choisir. Or, « c’est l’organisation même du marché de l’électricité qui est responsable de cette augmentation », juge l’association. L’étude met en évidence deux causes : la méthodologie de fixation du TRV, qui en fait un prix plafond du marché, et le mécanisme par lequel EDF est contraint de vendre, à un prix régulé, une partie de son électricité nucléaire à ses concurrents, baptisé Arenh (Accès régulé à l’électricité nucléaire historique). « Le rationnement de la quantité d'électricité ainsi disponible a poussé les prix tant du TRV que des offres de marché à croître artificiellement, et frappé très concrètement les consommateurs », estime l'association.

« Dans l’attente de la mise en place d’une nouvelle régulation de l’accès au nucléaire », dont le projet est en cours de négociation, l’UFC-Que Choisir demande au gouvernement un « déplafonnement immédiat des volumes d’Arenh accessibles par les fournisseurs alternatifs », afin de « mettre un coup d’arrêt à la spirale inflationniste actuelle ».

A lire aussi