EDF renonce aux coupures d’électricité

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Rafael Henrique / SOPA Images/Si via Reuters Connect

Le dialogue, plutôt que la sanction. C'est l'annonce volontariste d'EDF, qui a décidé de ne plus couper l'électricité aux foyers en défaut de paiement de leurs factures. C'est, en quelque sorte, la promesse d'une trêve hivernale toute l'année. 

Pourtant, et malgré cette trêve légale entre le 1er novembre et le 31 mars, ce sont chaque année entre 200 000 et 300 000 foyers qui sont privés d'électricité pour impayés, selon le Médiateur national de l’énergie. EDF propose désormais de privilégier systématiquement le dialogue, plutôt que la coupure d'alimentation de l'électricité, restreignant ses possibilités de sanction à une limitation de puissance. 

Fin des coupures d'électricité : ce que ça change pour les consommateurs

Concrètement, un foyer abonné à EDF disposant, par exemple, d'un abonnement à une puissance de 9 kilovoltampère (kVA), et qui cumulerait des factures impayées, ne risquerait plus de coupure d'approvisionnement d'électricité mais une limitation de puissance à 3, voire à 1 kVA.

« De quoi conserver les usages essentiels : l’éclairage, la recharge des téléphones, un chauffe-eau, une machine à laver, internet ou encore un petit réfrigérateur. Mais le reste, le chauffage par exemple, ne fonctionne plus », précise Marc Benayoun, directeur du pôle Clients, services et territoires d'EDF, à nos confrères du Parisien

EDF tire les leçons de l'expérience du confinement

Durant le confinement, il était interdit de couper la fourniture d'énergie (électricité comme gaz). Une période pendant laquelle EDF s'est rabattu sur ce levier de limitation de puissance. Résultat : les régulations et remboursements étaient pratiquement aussi nombreuses qu'avec la sanction de coupure pure et dure. 

Une observation qui a incité EDF à satisfaire l'attente de nombreuses associations, comme la Fondation Abbé-Pierre, de renoncer aux coupures, alors que 5,6 millions de ménages français sont en situation de précarité énergétique. Une décision qui ne s'inscrit pour autant pas dans la loi, mais seulement dans les intention du principal énergéticien. 

Avec une part de marché de près de 70 %, EDF est le premier fournisseur d’électricité en France avec 22,3 millions de clients. 

A lire aussi