Deux-roues : la circulation inter-files à nouveau expérimentée

3 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Voitures, embouteillages, périphérique, Paris
© onebluelight

Cette pratique courante est à nouveau possible. Le gouvernement de Jean Castex a permis la circulation inter-files des véhicules motorisés à deux et à trois roues, notamment les motos et les scooters, dans le cadre d’une expérimentation, menée depuis le 2 août dans 21 départements, suivant un décret et un arrêté du 28 juillet, publiés le surlendemain au Journal officiel.

Les départements concernés sont les Bouches-du-Rhône, la Haute-Garonne, la Gironde, l’Hérault, l’Isère, la Loire-Atlantique, le Nord, le Rhône, le Var, les Alpes-Maritimes, la Drôme, le Vaucluse, les Pyrénées-Orientales et les huit départements de l’Île-de-France, soit Paris, la Seine-et-Marne, les Yvelines, l’Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Val-d’Oise.

La fin de l’expérimentation est prévue pour le 1er août 2024, une prolongation d’un an étant possible.

Des conditions strictes et nombreuses

Une signalisation doit être mise en place à l’automne dans les zones où la circulation inter-files est autorisée, indique l’Agence France-Presse (AFP). 

La Sécurité routière va mener une campagne de communication dans la presse locale, sur les réseaux sociaux et auprès des auto-écoles et des moto-écoles, précise l’AFP.

Les conditions posées à la circulation inter-files sont strictes et nombreuses. La pratique est possible seulement sur les autoroutes et les routes à deux chaussées séparées par un terre-plein central et pourvues d’au moins deux voies chacune. La vitesse maximale autorisée doit être égale ou supérieure à 70 kilomètres par heure. Les files doivent être « ininterrompues sur toutes les voies autres que celles réservées, le cas échéant, à la circulation de certaines catégories particulières de véhicules ou d’usagers », précise le décret.

En outre, la circulation entre les files de véhicules à l’arrêt ou roulant à une vitesse très réduite se pratique sur les deux voies, ayant le même sens de circulation, situées les plus à gauche d’une chaussée.

D’autres conditions de la circulation inter-files sont posées, notamment les suivantes :

  • avertissez de votre intention les autres usagers en utilisant votre clignotant ;
  • la circulation inter-files se pratique à une vitesse de 50 kilomètres par heure au maximum, un différentiel de 30 kilomètres par heure devant être respecté par rapport aux autres véhicules ;
  • les deux-roues ou trois-roues motorisés ne doivent pas forcer le passage ;
  • un véhicule en inter-files ne peut dépasser un autre véhicule en inter-files ;
  • aucune des voies de circulation sur la chaussée n’est en travaux ou couverte de neige ou de verglas.

Le trafic se fluidifie ? Les véhicules circulant à plus de 50 kilomètres par heure sur au moins une des deux files ? Les deux ou trois-roues motorisés doivent reprendre leur place dans les voies.

En quelques secondes, les conducteurs doivent juger si les critères de la circulation inter-files sont remplis. En cas de non-respect, vous pouvez être verbalisé : vous risquez une amende forfaitaire de 135 € et un retrait de 3 points sur votre permis de conduire.

Une précédente expérimentation dans onze départements

La circulation inter-files avait été expérimentée dans onze départements entre le 2 février 2016 et le 31 janvier 2021 inclus.

Ce test « n’apporte pas de résultats tranchés », a estimé en janvier dernier sur son site le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema), à l’issue d’une mission d’évaluation.

Pour cet établissement public, de l’expérimentation, « il ressort la nécessité de mieux contrôler les règles de conduite, de mieux communiquer et enseigner la pratique ».

Selon le Cerema, « les facteurs d’accidents impliquant un deux-roues motorisé en situation de circulation inter-files ou de remontée inter-files, concernent principalement une vitesse excessive ou inadaptée pour les conducteurs de deux-roues motorisé, combiné avec un changement de file inopiné ou sans respect des règles du Code de la route » par les usagers ne conduisant pas un deux-roues motorisé.

A lire aussi