Des dispositifs d’alerte sonore vont être mis en place sur les routes et les autoroutes

Un arrêté paru jeudi impose ces systèmes, permanents ou temporaires, pour attirer l’attention des conducteurs sur un danger.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
La somnolence au volant est un facteur d’accident.
La somnolence au volant est un facteur d’accident. © alco81

Des dispositifs visant à alerter les conducteurs d’un danger vont être placés de façon permanente ou temporaire sur les routes et les autoroutes. Le gouvernement d’Edouard Philippe détaille les règles de cette installation, au travers d’un arrêté publié jeudi 23 janvier au Journal officiel.

« Les dispositifs d’alerte sonore permanents sont destinés à prévenir les effets de la somnolence et de l’hypovigilance des usagers », indique la notice du texte. La somnolence et l’hypovigilance sont définies comme l’état intermédiaire entre la veille et le sommeil.

Les équipements permanents doivent vous alerter lorsque vous vous déportez involontairement de votre voie de circulation.

Abaisser le nombre d’accidents

La mesure est ainsi conçue pour abaisser le nombre d’« accidents par sorties de voie ou de route et de leurs conséquences (collisions avec des obstacles latéraux, avec d’autres véhicules ou retournements) », précise la notice.

Sur les autoroutes, ces systèmes doivent être obligatoires le 1er avril 2022.

La somnolence ou la fatigue est identifiée comme un facteur de 23 % des accidents mortels qui ont eu lieu entre 2014 et 2018 sur les autoroutes dont l’exploitation a été concédée par l’Etat à des entreprises privées, soit la majeure partie du réseau, selon la Sécurité routière. 

Des dispositifs temporaires

L’arrêté prévoit par ailleurs l’installation de dispositifs d’alerte temporaires, « des produits amovibles mis en œuvre à l’occasion de chantiers routiers fixes, sur autoroutes et routes à chaussées séparées », selon la notice.

Ces équipements doivent permettre « de prévenir le risque d’intrusion et de collision ».

Pour consulter l’arrêté, cliquez ici.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :