Des autocuiseurs dangereux signalés par 60 Millions de consommateurs

Dans une enquête récemment publiée, 60 Millions de consommateurs révèle que certains autocuiseurs utilisés couramment en cuisine ont fait l'objet de rappel car ayant causé des accidents domestiques (brûlures, blessures). Plusieurs utilisateurs ont rapporté des incidents leur étant arrivé en utilisant leur autocuiseur. On fait le point ici.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
yipengge

Permettre de cuire plus rapidement des légumes, soupes ou viandes, l'autocuiseur est devenu un produit que l'on retrouve couramment dans les placards de cuisine des Français. Son côté pratique y est pour beaucoup : la cuisson des aliments, à la vapeur ou dans du liquide est plus rapide que dans une cocotte ou un cuit-vapeur traditionnel, tout en préservant leurs saveurs et qualités nutritionnelles.

Plusieurs accidents signalés

Cependant, en cas de défaut de sécurité ou si l'autocuiseur est défectueux, il peut être à l'origine d'accidents domestiques, parfois dramatiques. Ces derniers mois, plusieurs utilisateurs d'autocuiseurs ont rapporté des incidents survenus lors de la cuisson d'aliments. En début d'année, une habitante du Var a subi l'explosion de son autocuiseur. Heureusement, il n'y a pas eu de blessé, le couvercle ayant atterri juste aux pieds de son mari, sans faire aucune projection de liquide brûlant. 

Ce problème ne semble pas dater d'hier puisque déjà fin 2018, l’administration signalait plusieurs modèles dangereux. Dès lors, une campagne de contrôles a été réalisée, sur trois ans, dans toute la France par la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) des Hauts-de-France. Elle a notamment mis en avant des failles dans les pratiques de certains fabricants. 60 Millions de consommateurs en révèle les détails et conclusions dans son enquête : Autocuiseurs : quand la cuisine fait "boum"

Treize modèles rappelés

Concernant les modèles en cause, treize modèles ont fait l'objet de rappel ces dernières années, car présentant des risques liés à leur utilisation. Pour la grande majorité d'entre eux, des tests en laboratoire ont été effectués et ont montré que l'appareil peut être ouvert alors qu’il est sous pression. L’utilisateur est alors exposé à la violente projection du couvercle et des aliments brûlants contenus à l'intérieur.

La liste de ces treize modèles rappelés est la suivante :

  • Arthur Martin. Set clic-clac AM2240 (4 l et 7 l), rappelé en août 2018.
  • Artmétal. Les maîtres cuisiniers 9 l, rappelé en novembre 2018.
  • Bäcken. New Kool’or DSW22-7L, rappelé en novembre 2018.
  • Bäcken. Steamcook DS24D2-8L, rappelé en juillet 2019.
  • Beka. Modèle 16303764 (6 l), rappelé en décembre 2018.
  • Berlinger Haus. Turbo Easy Open&Close (Granit Diamond Line) BH-1438, rappelé en août 2020.
  • Berlinger Haus. Turbo BH-1081 (6 l, 8 l), rappelé en août 2020.
  • Herzberg. Healthy cooking HG-PS8 (8 l), rappelé en décembre 2020.
  • Home. Emma 7 l, rappelé en février 2020.
  • Ogo Living. Gusto DSD 22-7.5, rappelé en avril 2019.
  • Tower. T90103 type DSS 22-6, rappelé en février 2019.
  • Tower. DSS 22-4 (4 l), 22-5 (5 l), 22-7 (7 l), rappelé en mai 2019.
  • Tower. T90101 type ASMB 22 (3 l, 4,5 l, 6 l, 7,5 l), rappelé en juillet 2019.

Comment se faire rembourser ?

Il existe deux cas de figures en fonction du temps qui s'est écoulé depuis la date d'achat. 

Si le défaut est apparu dans un délai de 2 ans à compter de la livraison/achat du produit, vous pouvez faire valoir la garantie légale de conformité. Sur restitution du produit défectueux, le vendeur a l'obligation de le réparer ou de le remplacer, ou de rembourser partiellement ou intégralement le client. Le vendeur peut se décharger de sa responsabilité s'il prouve que le défaut n'existait pas au moment de la livraison et qu'il est apparu après l'achat.

Si le défaut est apparu après un délai de 2 ans à compter de la livraison/achat du produit, le consommateur peut faire jouer la garantie légale des vices cachés. Sur présentation d'une preuve du vice caché, le vendeur doit procéder au remboursement total ou partiel du produit défectueux.

 

A lire aussi

Partager cet article :