Déplacements en voiture pendant le confinement : ce qui est autorisé

Pendant la période de confinement, les déplacements en voiture sont permis à condition d’avoir un motif valable. Est-il possible de se déplacer à plusieurs ou de se rendre chez le garagiste ? Le point sur ce qui est autorisé ou non.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
© g-stockstudio

Est-il possible d’être à plusieurs en voiture ?

Oui, se déplacer à plusieurs dans la même voiture est possible mais uniquement pour effectuer les déplacements autorisés. Par exemple, si vos enfants sont en garde alternée et que vous devez les emmener chez l’autre parent ou si vous devez conduire une personne âgée et/ou vulnérable chez le médecin, vous pouvez utiliser votre voiture. En revanche, s’il s’agit d’aller faire vos courses, vous devez faire le trajet seul. Chaque passager doit être muni d’une attestation sur l’honneur de déplacement dérogatoire dûment remplie. Vous pouvez la télécharger et l’imprimer depuis le site du ministère de l’Intérieur ou bien la rédiger sur papier libre.

Que faire en cas de contrôle routier ?

Pour éviter les contacts, les forces de l’ordre demandent aux conducteurs de coller leur attestation de déplacement sur la vitre arrière du véhicule et de présenter la pièce d’identité depuis la vitre avant. En cas de non présentation de l’attestation, vous risquez une amende de 135 € et 200 € en cas de récidive dans les quinze jours.

Pouvez-vous continuer à pratiquer le covoiturage ?

Oui, le covoiturage est possible pour les déplacements autorisés à condition de ne transporter qu’un seul passager. Blablalines, pour les trajets domicile-travail, et Blablacar, pour les déplacements plus longs, « restent uniquement ouverts pour permettre à ceux qui ont absolument besoin de se déplacer de le faire », indique la plateforme Blablacar sur son site Internet.

Vous travaillez mais n’avez pas le permis. Votre conjoint peut-il vous accompagner ?

Oui, s’il n’y a pas d’autres solutions de transport, cela rentre dans la catégorie des motifs familiaux impérieux à cocher sur l’attestation sur l’honneur dérogatoire de déplacement. N’oubliez pas de vous munir de votre attestation de déplacement professionnel.

Pouvez-vous emmener votre enfant malade chez le médecin avec votre conjoint ?

Non, pour limiter les risques, il est préférable qu’un seul parent accompagne l’enfant lors d’un rendez-vous médical.

Pouvez-vous emmener et récupérer votre véhicule chez le garagiste ?

Ça dépend. Pour une révision, cela peut attendre. Même chose pour un contrôle technique, le gouvernement a accordé un délai supplémentaire de trois mois pour les véhicules légers. En revanche, pour une réparation urgente, vous pouvez vous rendre chez le garagiste si votre véhicule est indispensable à votre travail. Vous devez cocher la case « déplacements pour effectuer des achats de première nécessité » sur l’attestation de déplacement dérogatoire.

Attention, de nombreux garages sont fermés. Pour en trouver un ouvert, consultez le site internet de la start-up Vroomly qui recense « les garages sur le pont » pendant le confinement ou téléchargez l’application « Roulons zen » sur GooglePlay ou l’AppleStore. Créée par le Conseil national des professionnels de l’automobile, elle permet de localiser en un seul clic les entreprises ouvertes au public pendant la crise sanitaire (réparateurs, dépanneurs remorqueurs, carrossiers, etc.). Les centres auto comme Norauto, Midas ou BestDrive assurent également un service minimum sur prise de rendez-vous.

En cas d’apparition d’un voyant rouge sur votre tableau de bord, contactez l’assistance routière prévue dans le cadre de votre contrat d’assurance automobile ou celle proposée par le constructeur, si vous disposez d’un véhicule récent.

Pouvez-vous prendre un taxi ou un VTC ?

Oui, vous avez le droit de vous déplacer en taxi ou en VTC pendant la période de confinement, bien qu’ils soient mobilisés en priorité pour les professionnels de santé. Depuis le 30 mars, les personnels des établissements hospitaliers et médico-sociaux, publics et privés, qui ne disposent pas de solution de transport pour aller travailler peuvent emprunter un taxi ou un VTC sans avoir à avancer de frais. Le paiement de la course sera à la charge des hôpitaux ou Ehpad qui seront remboursés par la Caisse primaire d’assurance maladie.

Un arrêté publié le 20 mars au Journal officiel a encadré l’activité des taxis et VTC pendant la période de confinement précisant qu’« aucun passager ne peut s’assoir à côté du conducteur » mais que « la présence de plusieurs passagers est admise aux places arrières ». Le véhicule doit, par ailleurs, être en permanence aéré et « les passagers doivent emporter tous leurs déchets ». Enfin, « le conducteur doit procéder au nettoyage désinfectant du véhicule au moins une fois par jour ».

Si vous devez réserver un taxi ou un VTC, veillez à bien respecter les gestes barrières (tousser dans votre coude, se laver les mains avant et après être monté dans le véhicule, etc.). Le comparateur de VTC Eurecab a envoyé à ses utilisateurs quelques recommandations :

  • Nul besoin de toucher le véhicule avant d’entrer à bord. Sauf exception, nos partenaires chauffeurs vous ouvriront la portière y compris à votre arrivée.
  • Nous avons rappelé à nos partenaires l’importance de mettre à votre disposition du gel hydro-alcoolique.
  • Nous rappelons que les paiements se font automatiquement en ligne et que vous n’avez par conséquent pas d’argent liquide à échanger avec votre chauffeur.

Attention, si vous présentez des symptômes du Covid-19, vous ne devez pas appeler un taxi mais le SAMU (15).

 

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :