Démarchage téléphonique : les 06 et 07 bientôt réservés aux particuliers ?

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© Mangostar

Les appels liés à du démarchage téléphonique commençant par 06 ou 07 bientôt interdits ? L’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep) propose de nouvelles mesures pour protéger les utilisateurs contre les fraudes et abus.

Le gendarmes des télécoms préconise tout d’abord de réserver une nouvelle catégorie de numéros commençant par 09 aux communications entre un abonné mobile et une plateforme technique. « Ces numéros pourront par exemple être utilisés pour établir des conversations par messages entre une enseigne et son client, ou pour des utilisations de très courte durée de numéros de téléphone pour certaines situations de mises en relation éphémères via une plateforme (livreurs de colis, chauffeurs VTC, etc.) », a expliqué l’autorité dans un communiqué. L’Arcep fait ici référence aux SMS conversationnels qui permettent aux entreprises de discuter par message avec leurs clients. Ce nouveau service de messagerie est actuellement testé depuis le mois de juin par Bouygues Telecom, Orange et SFR.

Réserver les numéros mobiles en 06 ou 07 aux particuliers

Dans le même temps, l’Arcep propose de « réserver l’utilisation des numéros mobiles en 06 ou 07, durablement attachés à un utilisateur dans l’esprit de tous, exclusivement aux services de communications interpersonnelles fondés sur la numérotation (…). Les usages non interpersonnels de numéros mobiles basculeront de ce fait vers d’autres catégories de numéros, comme la nouvelle catégorie de numéros en 09 mentionnée ci-dessus ou celle des numéros mobiles de longueur étendue ».

Une consultation publique ouverte jusqu’au 18 février 2022

Ces mesures font l’objet d’une consultation publique jusqu’au 18 février 2022 à 18h00.L’ensemble des acteurs concernés (opérateurs, associations de consommateurs, éditeurs, particuliers) sont invités à se prononcer, directement ou par l’intermédiaire de leurs représentants, sur ce projet de décision. Si vous souhaitez contribuer, rendez-vous sur le site de l’Arcep.

 

 

A lire aussi