Déconfinement : quelles sont les règles pour prendre l’avion ?

Port du masque obligatoire, déclaration sur l’honneur d’absence de symptômes du Covid-19, contrôle de la température… Dans les aéroports et les avions, les voyageurs devront respecter des règles sanitaires strictes.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
© Groupe ADP

La reprise du trafic aérien – en chute libre en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus - promet d’être lente et se fera en respectant des règles sanitaires strictes dans les aéroports et les avions. Un décret publié lundi 11 mai au Journal officiel précise les conditions d’embarquement.

Une déclaration de déplacement dérogatoire

Les déplacements à une distance de plus de 100 kilomètres à vol d’oiseau par rapport à son domicile et en dehors de son département de résidence restent interdits, sauf exceptions (déplacements professionnels, de santé, pour un motif familial impérieux, etc.). Pour prendre l’avion, le voyageur devra se munir d’une déclaration de déplacement à télécharger en format papier ou numérique sur le site du ministère de l’Intérieur. En plus de la déclaration, il faut se munir d’un justificatif de domicile daté de moins d’un an et de documents prouvant le caractère impérieux du déplacement.

Une déclaration sur l’honneur d’absence de symptômes du Covid-19

Avant son embarquement, tout passager devra présenter au transporteur aérien une déclaration sur l’honneur attestant qu’il ne présente pas de symptôme d’infection duCovid-19. A défaut de présentation, il ne pourra pas monter dans l’avion.

Un contrôle de la température

L’accès à l'avion pourra également être interdit si le passager n’a pas voulu se soumettre à un contrôle de température. Depuis lundi 11 mai, Air France a décidé de mettre en place des contrôles de température des voyageurs au départ de l’ensemble de ses vols. La vérification sera effectuée au moyen de thermomètres infrarouges sans contact. En cas de température supérieure à 38°C, les passagers « pourront se voir refuser l’embarquement et leur réservation sera modifiée sans frais pour un départ ultérieur ».

Gestes barrières et gel hydro-alcoolique

Dans les aéroports et les avions, les gestes barrières (ne pas se serrer la main ou s’embrasser pour se saluer,tousser et éternuer dans son coude,utiliser un mouchoir jetable à usage unique, se laver régulièrement les mains, éviter de se toucher le visage) et la distanciation sociale doivent être rappelés par un affichage et des annonces sonores. Des points d’eau avec du savon et des distributeurs de gel hydro-alcoolique doivent également être mis à disposition des voyageurs afin qu’ils puissent se laver les mains.

Le groupe Aéroports de Paris indique avoir matérialisé la distance de sécurité à observer dans tous les espaces d’attente lors de l’accomplissement des formalités d’enregistrement, de contrôle et d’embarquement. Un siège sur deux a également été laissé vacant dans tout l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle et des plexiglas ont été disposés sur l’ensemble des comptoirs. Le groupe affirme, par ailleurs, désinfecter plusieurs fois par jour les installations aéroportuaires, les points de contact tels que les boutons d’ascenseurs, les accoudoirs, les comptoirs, etc. « Au contrôle de sûreté, chaque bac est désinfecté après utilisation » et les « procédures de contrôle ont été adaptées afin de limiter les contacts physiques ».

De son côté, Air France a indiqué avoir renforcé les procédures de nettoyage des cabines en procédant « périodiquement » à des désinfections par pulvérisation d’un produit virucide « dont la durée d’efficacité est établie pour 10 jours ». La compagnie précise que les systèmes de recyclage d’air de ses avions sont équipés de filtres HEPA « identiques à ceux utilisés dans des blocs opératoires », qui extraient « plus de 99,99 % des virus les plus petits, y compris ceux dont la taille ne dépasse pas 0,01 micromètre ». Les virus type coronavirus ont une taille variant entre 0,08 et 0,16 micromètres, selon Air France. Le service à bord de boisson et de restauration est, par ailleurs, supprimé pour les vols intérieurs et les vols courts en Europe.

Port du masque obligatoire dans les aéroports et les avions

« Toute personne âgée de 11 ans ou plus qui accède ou demeure dans les espaces accessibles aux passagers des aérogares, les véhicules réservés aux transferts des passagers ou les aéronefs effectuant du transport public à destination, en provenance ou à l'intérieur du territoire national, doit porter un masque de protection », précise le décret. En l’absence de masque, l’accès est refusé. Il peut être demandé que le masque soit retiré pour les contrôles d’identité des passagers.

Pas de distanciation physique dans les avions

Si dans les transports en commun et les trains, la distanciation sociale d’au moins un mètre doit être respectée, ce n’est pas le cas dans les avions. La distanciation physique « est praticable tant que nous sommes en activité réduite » mais elle ne l’est pas « à grand échelle », a expliqué le secrétaire d’Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari sur RTL dimanche 10 mai. « Aujourd’hui, les taux de remplissage sont de l’ordre de 45 à 50 % » chez Air France, a-t-il rappelé en précisant que « la rentabilité économique débute à environ 75% de remplissage ».

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :