Déconfinement : le vélo est-il LA solution  ?

Les trajets à bicyclette vont se développer à la sortie du confinement, prévue à partir du 11 mai. Le gouvernement et certaines collectivités territoriales mettent en œuvre des mesures pour encourager l’usage de ce moyen de locomotion.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
Près de l’Opéra Garnier, le 10 avril à Paris.
Près de l’Opéra Garnier, le 10 avril à Paris. © Gonzalo Fuentes – Reuters

Fernand, Firmin, Francis, Sébastien, Paulette et tous les adeptes du vélo vont pouvoir retrouver les joies des longues balades à partir de la levée du confinement, qui doit commencer le 11 mai. Mais, au-delà de la pratique de la bicyclette comme loisir chantée par Yves Montand, les trajets à vélo entre le domicile et le travail vont probablement se développer.

Si l’offre de transports en commun va monter en puissance, de nombreuses personnes vont craindre d’être infectées par le Covid-19 à l’occasion d’un déplacement. En outre, la chute du trafic routier et donc de la pollution dans les grandes villes a pu déclencher chez certaines personnes une prise de conscience du réchauffement climatique, favorisant la pratique cycliste.

Un plan vélo de 20 M€

Le gouvernement d’Edouard Philippe souhaite développer l’usage du vélo durant le déconfinement, au travers d’un financement de 20 M€. 

« Nous voulons que cette période fasse franchir une étape dans la culture vélo et que la bicyclette soit la petite reine du déconfinement », a expliqué au Parisien/Aujourd’hui en France, Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire et à ce titre en charge des transports.

Le ministère et la Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) ont mis en place une aide aux cyclistes et aux professionnels : à partir du 11 mai, toute personne possédant une telle machine aura la possibilité de faire mener des réparations gratuites, dans une boutique affiliée au dispositif Coup de pouce vélo, jusqu’à un montant de 50 € hors taxes.

Les réparateurs concernés seront recensés dans les prochains jours par le site du dispositif, qui détaille la marche à suivre.

Comment bénéficier de la prime réparation du vélo ?

Pour bénéficier de cette prime, vous devrez :

  • vous inscrire sur le portail et contacter le réparateur par téléphone ou par courriel, afin de prendre rendez-vous (cette étape est facultative) ;
  • lui apporter votre vélo et lui présenter une pièce d’identité ;
  • lui fournir votre nom, votre prénom, votre date de naissance et votre numéro de téléphone portable, sur lequel un code vous est envoyé par SMS.

Le devis mentionnera les réparations nécessaires, leur montant et celui de la réduction. Si le total dû hors TVA est inférieur ou égal à 50 €, vous ne réglerez que la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), de 20 % du prix hors taxes. Si le total dépasse 50 € hors TVA, une réduction de 50 € sera pratiquée sur votre facture.

Par exemple, si pour un changement de plaquettes de frein les réparations coûtent 12 €, vous ne devez payer que 2 € de TVA. Si vous faites changer votre cadre pour 150 € (125 € hors taxes et 25 € de TVA), vous devez régler effectivement 100 €, dont 25 € de TVA.

Attention

Le bénéfice du dispositif est ouvert une seule fois par personne, jusqu’au 31 décembre prochain. Mieux vaut donc faire accomplir d’un coup les réparations nécessaires.

Pensez aussi, si vous n'avez pas de vélo, que les aides locales pour l’achat d'un vélo électrique sont toujours disponibles. De nombreuses villes et régions subventionnent, jusqu’à 600 €, l’achat d’un vélo électrique. C’est peut-être le moment de franchir le pas.

De nouvelles pistes cyclables

Dans différentes communes, les autorités ont décidé d’aménager des pistes cyclables temporaires, destinées à combattre l’un des freins à la pratique du vélo : la peur d’un accident. Ces infrastructures sont susceptibles d’être pérennisées après la crise sanitaire. Voici quelques exemples.

50 kilomètres à Paris

La municipalité va créer « des pistes cyclables provisoires […], le long des lignes de métro les plus fréquentées, la 1, la 4 et la 13 » et sur des axes très empruntés tels que la « rue de Rivoli » ou le « boulevard Saint-Michel », a expliqué la maire de la capitale, Anne Hidalgo au Parisien/Aujourd’hui en France.

« Au total, 50 kilomètres de voies d’habitude réservées aux voitures seront consacrés aux vélos », a affirmé l’édile socialiste dans l’édition du quotidien parue ce mardi.

77 kilomètres à Lyon

La métropole de Lyon compte notamment « ouvrir 77 kilomètres de pistes cyclables, dont 12 kilomètres d’ici au 11 mai et 33 kilomètres pour le 2 juin », date de début d’une deuxième phase du déconfinement, selon le site du magazine de la collectivité. 

La métropole a annoncé d’autres mesures, comme un accompagnement des associations proposant des services destinés aux cyclistes, comme des ateliers de réparation, de la formation et de la mise à disposition de vélos.

Montpellier

Le maire divers gauche de la ville, Philippe Saurel, a inauguré à la fin du mois dernier cinq kilomètres de pistes cyclables temporaires. Une dizaine de kilomètres doivent être ouvertes « pour plus tard », a indiqué l’élu, d’après Libération.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :