Covid-19 : qu’est-ce que la règle des six  ?

Emmanuel Macron appelle les Français à éviter les regroupements plus importants dans les foyers et dans la rue, pour limiter la propagation de l’épidémie.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Règle des six
Les réunions amicales ou familiales comportant plus de six personnes sont déconseillées. © tommaso79

Les familles nombreuses doivent-elles organiser plusieurs services de dîner ? Le président de la République a appelé la population à respecter une « règle des six » dans les foyers, au cours de son entretien à TF1 et à France 2 mercredi 13 octobre.

« Si on est une famille de sept, huit, neuf, dix, c’est évident, on continue à avoir une vie familiale normale », a expliqué Emmanuel Macron. « Mais on essaie, quand on invite des amis, de ne pas être plus de six à table », a précisé le chef de l’Etat, y voyant « une règle de bon sens ». Selon lui, dans la rue, les personnes doivent tâcher « de ne pas se regrouper à plus de six ».

Cette mesure n’a aucune valeur coercitive. Les rassemblements privés dépassant ce seuil ne sont pas formellement interdits. Aucune sanction n’est prévue. L’exécutif considère juridiquement impossible de limiter le nombre de personnes présentes dans les foyers. À titre de parade à cette impossibilité et en réaction à la remontée de l’épidémie, Emmanuel Macron a d’ailleurs annoncé, au cours de son interview, la mise en place d’un couvre-feu à partir de samedi, en Île-de-France et dans huit métropoles.

La règle des six concerne les restaurants depuis le 6 octobre. Lorsqu’un groupe comportant plus de six personnes vient dans un établissement, le personnel doit les installer à des tables différentes.

Le risque de créer des clusters

Le seuil n’est pas une barrière contre le Covid-19 : une personne peut être infectée par une seule autre. « Six n’est pas un chiffre magique, a expliqué au Parisien/Aujourd’hui en France Pascal Crépey, épidémiologiste à l’Ecole des hautes études en santé publique. L’intérêt de ce type de mesure est de limiter la création de clusters. » Si un invité à un dîner est porteur du virus, la dissémination du virus risque d’être plus forte à mesure qu’augmente le nombre de commensaux.

Dans sa « Note d’alerte » du 22 septembre, le conseil scientifique, chargé d’éclairer l’exécutif dans la crise sanitaire, décrit les « réunions familiales et amicales […] comme des moments de contamination, car la distance physique et le port du masque y sont moins respectés ».

Le respect de ce seuil doit aller de pair avec celui de la « bulle sociale » recommandé par le ministre des Solidarités et de la santé, Olivier Véran. Le principe de cette notion est la limitation des contacts.

Une règle mise en œuvre dans différents pays

Dans différents pays, un plafonnement du nombre de personnes présentes dans les lieux privés et une bulle sociale sont mis en œuvre, suivant des modalités variables. 

À Londres et dans sept autres zones en Angleterre, les déplacements pour rencontrer amis et famille sont proscrits à compter de samedi, selon l’Agence France-Presse (AFP).

Après l’avoir abandonnée, le gouvernement belge a finalement restauré une bulle. D’après le site du quotidien Le Soir, depuis le 9 octobre, « il est demandé à chaque citoyen de limiter ses contacts proches, soit les personnes avec lesquelles on entre en contact physique et avec lesquelles on ne respecte pas la distanciation, à trois personnes maximum par individu ». Les différentes personnes doivent être les mêmes pour une durée d’un mois. 

La bulle avait été abandonnée le mois dernier en Belgique. « Une étude a montré le manque d’adhésion. Une des raisons, c’est la lassitude », expliquait en septembre la Première ministre d’alors, Sophie Wilmès, citée par France Info.

En Allemagne, le nombre de participants à des événements privés est plafonné à 15 personnes dans les régions enregistrant plus de 35 nouvelles contaminations pour 100 000 habitants sur 7 jours, indique LCI.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :