L’Ined estime à 68 000 le nombre de morts supplémentaires dus au Covid-19

4 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Covid-19
© Halfpoint

L’épidémie de Covid-19 a-t-elle provoqué un bond de la mortalité ? Dans une enquête parue mercredi 17 mars, l’Institut national des études démographiques (Ined) évalue à 68 000 le nombre total de décès supplémentaires causés en 2020 par la maladie, en comparaison avec l’année précédente.

L’Hexagone a enregistré 654 000 décès en 2020, soit 55 000 de plus qu’en 2019. « Mais une partie de cette hausse – de l’ordre de 13 000 décès – est due au vieillissement de la population qui s’observe chaque année en l’absence de gain d’espérance de vie. Restent donc 42 000 décès supplémentaires en 2020, liés à la pandémie de Covid-19 », est-il écrit dans ce document, signé par les chercheurs Gilles Pison et France Meslé.

Si Santé publique France a dénombré 65 000 morts dus au Covid-19, « l’agence décompte les décès à l’hôpital et en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), mais pas à domicile », rappelle l’Ined. L’Institut national des études démographiques estime le nombre de personnes mortes du Covid-19 à 5 % du total des personnes atteintes décédées, en examinant des taux observés au-delà des frontières (Angleterre, Pays de Galles, Etats-Unis, Suède).

« Compte tenu de ces corrections, le total des décès » de personnes atteintes du Covid-19 « serait donc d’un peu plus de 68 000, soit un habitant sur mille », en 2020, conclut l’Ined.

« Recul d’autres causes de décès »

L’organisme constate un « recul d’autres causes de décès ». « L’épidémie de grippe saisonnière de l’hiver 2019-2020 n’a pas occasionné de surmortalité notable au début de l’année 2020, contrairement à celle de l’hiver précédent », rappelle l’Institut.

La mortalité routière a chuté l’année dernière, en raison des restrictions de circulation induites par les confinements et couvre-feu.

« Mais un autre phénomène a également joué : la comorbidité. Les décès par Covid-19 ont frappé en partie des personnes fragiles souffrant d’autres maladies. Une fraction d’entre elles seraient de toute façon décédées en 2020, même en l’absence d’épidémie de Covid-19 », remarque l’organisme.

« On aurait alors attribué leur décès à une autre cause (diabète, maladie cardiovasculaire, insuffisance respiratoire chronique, etc.) », anticipe l’Ined, qui fait un lien avec « la probable baisse en 2020 du nombre de décès attribués à ces diverses causes ».

Diminution de l’espérance de vie

Ainsi que l’indiquait l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) dans une enquête parue le 19 janvier, l’espérance de vie à la naissance a diminué entre 2019 et 2020, à hauteur de :

  • 85,6 à 85,2 ans pour les femmes ;
  • 79,7 à 79,2 ans pour les hommes.

Le Covid-19 tue davantage les jeunes que la grippe saisonnière

La mortalité ne concerne pas seulement les personnes les plus âgées. « On a beaucoup dit que les personnes âgées étaient, de loin, les premières victimes de l’épidémie de Covid-19. C’est vrai, mais à peine plus que pour les autres causes de mortalité », explique l’Ined.

« La mortalité par Covid-19 ne s’éloigne guère de ce schéma général. En revanche, ce profil par âge du risque de décès s’éloigne sensiblement du profil observé ces dernières années pour la grippe saisonnière, qui épargne davantage les jeunes et les adultes d’âge moyen », selon l’organisme.

Baisse importante du nombre de naissances

L’Ined anticipe comme « probable que le nombre de naissances baisse fortement en 2021 », en se fondant sur la hausse du chômage et « l’incertitude quant à l’avenir », qui poussent « une partie des couples souhaitant un enfant à reporter leur projet ».

Une diminution du nombre de naissances a déjà été observée à la fin de l’année 2020 et au début 2021. « En décembre 2020, il y a eu 7 % de nouveau-nés en moins qu’en décembre 2019, a affirmé l’Insee dans un communiqué du 25 février. La baisse s’est poursuivie de façon bien plus prononcée en janvier 2021, avec 13 % de naissances de moins qu’en janvier 2020. » L’épidémie pèse sur la démographie française.

A lire aussi