Covid-19 : les rayons de produits non essentiels qui ferment en grande surface

Jean Castex s’est résolu à prendre cette mesure en réaction à la colère des petits commerçants. Les rayons culture, fleurs, vêtements et maquillage sont donc fermés à compter du mardi 3 novembre. Les boutiques en ligne, comme le géant Amazon, conservent eux la possibilité de vendre tous les produits.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
Confinement
© dutourdumonde

Jean Castex a accordé une concession aux petits commerçants qui ont dû fermer leurs portes jeudi 29 octobre au soir, en raison du confinement imposé contre la pandémie de Covid-19. La vente de produits considérés comme non essentiels sera interdite en grande surface (hypermarchés, supermarchés, etc.) à partir de mardi 3 novembre, a indiqué dimanche sur TF1 le Premier ministre, sans pour autant autoriser la réouverture des commerces de proximité qui vendent ces objets. Le ministre de l’Economie, des finances et de la relance, Bruno Le Maire, avait fait l’annonce de la mesure à la mi-journée sur BFMTV.

Le chef du gouvernement souhaite modifier « le décret qui régit le confinement », après avoir eu des entretiens avec les représentants des « professionnels » du commerce aux côtés des « ministres concernés », et « des contacts avec les associations d’élus », « des parlementaires », « les préfets » et les agences régionales de santé (ARS).

Fermeture des rayons fleurs, livres, vêtements, maquillage...

Cette interdiction, qui doit apaiser la colère des petits commerçants et des élus locaux, doit concerner les fleurs, les livres ou les vêtements. « Les produits d’hygiène seront gardés, le maquillage non », a précisé lundi sur France Info le ministre délégué chargé des petites et moyennes entreprises (PME), Alain Griset. Les commerçants en ligne, dont le géant américain Amazon, conservent eux la possibilité de vendre tous les produits, essentiels ou non.

Les libraires indépendants s’étaient insurgés contre la fermeture de leurs commerces. La Fnac, premier vendeur de livres dans le pays, pouvait continuer à écouler des ouvrages, disposant de l’autorisation de vendre des produits informatiques, considérés comme de première nécessité. Ce vendredi, Enrique Martinez, directeur général du groupe Fnac Darty, avait annoncé sa décision de fermer « l’ensemble des rayons culture » des magasins Fnac à partir de samedi « et pour les prochains 15 jours ».

Une fin de non-recevoir à la réouverture

Mais si, comme les enseignes de la grande distribution, les commerçants peuvent pratiquer le retrait de commandes ou la livraison à domicile, ils souhaitent reprendre leur activité habituelle. Une demande à laquelle le gouvernement oppose pour l’heure, poliment mais fermement, une fin de non-recevoir.

Jean Castex et Alain Griset ont rappelé « l’objectif » premier du gouvernement : l’arrêt de la progression du virus. « La priorité de réouverture, nous allons y travailler dans les prochains jours », a dit Alain Griset.

« Rendez-vous est déjà pris pour voir si la situation s’améliore », a expliqué Jean Castex. Le gouvernement est susceptible de réexaminer l’interdiction de vente dans les commerces de proximité.

Dans son discours télévisé du 28 octobre annonçant le confinement, Emmanuel Macron, avait laissé entrevoir une lueur d’espoir pour les commerçants. « Tous les quinze jours, nous ferons le point sur l’évolution de l’épidémie, avait dit le président de la République. Nous déciderons, le cas échéant, de mesures complémentaires. Et nous évaluerons alors si nous pouvons alléger certaines contraintes, en particulier sur les commerces. »

La coiffure à domicile et en salon prohibée

Les salons de coiffure ont dû fermer leurs portes au début du confinement. Le ministre de l’Economie et des finances, Bruno Le Maire, souhaite la suspension des activités des coiffeurs à domicile. « La coiffure à domicile ne sera plus possible, par souci d’équité », a-t-il fait savoir lundi sur RTL.

Partager cet article :