Couvre-feu, Nouvel An, salles de spectacle fermées… Le déconfinement se précise

Un couvre-feu va être imposé à compter de mardi 15 décembre et s’appliquera au réveillon du Nouvel An mais pas à celui de Noël, a annoncé jeudi le Premier ministre, Jean Castex, avertissant que « nous ne sommes pas arrivés au bout de cette deuxième vague » de l’épidémie de Covid-19.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
Déconfinement
© Charles Platiau – Reuters

Le confinement, mis en œuvre depuis le 30 octobre pour limiter la propagation du Covid-19, va bien prendre fin à partir de mardi 15 décembre, mais des mesures de restriction des déplacements vont être encore en vigueur à cette date. Le chef du gouvernement, Jean Castex, et les ministres Gérald Darmanin (Intérieur) et Olivier Véran (Solidarités et Santé) les ont détaillées ce jeudi au cours d’une conférence de presse.

« La situation sanitaire s’est considérablement améliorée depuis ces dernières semaines, mais elle marque le pas depuis quelques jours », a indiqué le Premier ministre en préambule de la conférence.

« Nous sommes sur une sorte de plateau, le nombre de nouvelles contaminations ne se réduit plus, et il tend même à augmenter depuis quelques jours. La partie est donc loin d’être gagnée », a observé au ministère des Solidarités et de la santé le chef du gouvernement, qui a rappelé un peu plus loin que « nous ne sommes pas arrivés au bout de cette deuxième vague et [que] nous ne serons pas le 15 décembre à l’objectif que nous nous étions fixé ».

« Faisons tout ce qui ne pouvons pour réduire le risque d’un troisième confinement, dans les prochains mois. »

Jean Castex a estimé que la hausse des cas est « peut-être » due à l’allègement des restrictions depuis le 28 novembre, mais il a souligné que « ce changement de tendance n’est pas propre à notre pays ». Olivier Véran a fait un lien entre d’une part l’allègement et d’autre part « le relâchement collectif, sans doute », « un brassage plus important dans la population » et « lefacteur climatique ». Au total, il ne sera « pas possible d’atteindre la barre des 5 000 nouvelles contaminations ».

Dans le cadre de consultations, le Premier ministre avait laissé entrevoir un moindre allègement que prévu le 24 novembre par Emmanuel Macron. Le président de la République avait envisagé dans son discours une « deuxième étape » dans l’allègement du confinement au 15 décembre, conditionnée à une baisse à environ « 5 000 contaminations » quotidiennes et à quelque « 2 500 à 3 000 personnes en réanimation ».

Couvre-feu à 20 heures, y compris le 31 décembre

Les déplacements redeviendront possibles partout dans le pays en journée. Un couvre-feu va être rétabli dès mardi de 20 heures à 6 heures. « Nous devons être raisonnables, respecter la règle du couvre-feu, rester chez soi », a indiqué le chef du gouvernement.

Le couvre-feu ne s’appliquera dans la nuit du 24 au 25 décembre. « Noël occupe une place à part dans nos vies et dans nos traditions », a justifié Jean Castex. Pour lui, c’est « un moment où se forgent les premiers grands souvenirs des tout-petits ». La recommandation de ne pas réunir plus de 6 adultes devra cependant être suivie, selon le Premier ministre.

Inspiré par le cas de la fête de « Thanksgiving au Canada et aux Etats-Unis », qui pu entraîner un regain de l’épidémie outre-Atlantique, le gouvernement va en revanche maintenir l’application du couvre-feu le 31 décembre.

Une nouvelle attestation de déplacement dérogatoire

Durant le couvre-feu, seules certaines sorties seront permises :

  • pour exercer votre activité professionnelle
  • pour des raisons médicales
  • pour un motif familial impérieux
  • pour une mission d'intérêt général
  • pour les besoins des animaux de compagnie
  • les personnes en situation de handicap et leurs accompagnants pourront aussi sortir.

Pour toute ces situations, vous devrez télécharger une nouvelle attestation de déplacement dérogatoire sur le site du ministère de l'Intérieur.

Les personnes enfreignant le couvre-feu risqueront toujours une amende de 135 €, a expliqué Gérald Darmanin. Les gendarmes et les policiers procèderont aux « contrôles avec tact et mesure », mais aucune « consigne d’indulgence » ne sera établie, selon le ministre de l’Intérieur.

Ils seront « intransigeants sur les rassemblements non autorisés et les fêtes sauvages », a souligné Gérald Darmanin.

Couvre-feu : et les restaurants ?

Les restaurateurs pourront livrer après 20 heures. En revanche, les ventes à emporter seront interdites durant le couvre-feu. 

Cinémas, théâtres, musées... restent fermés

Les établissements culturels comme les cinémas, les théâtres, les salles de concert ou les musées ne pourront rouvrir au plus tôt que le 7 janvier, dans l’hypothèse où « la situation sanitaire » le permet, a fait savoir le chef du gouvernement.

« Prendre cette décision avec le président de la République et la ministre de la Culture nous a été particulièrement douloureux, croyez-le bien », a-t-il assuré, la justifiant par la nécessité de ne pas « accroître les flux ».

Les enceintes sportives, les cirques, les parcs zoologiques, les salles de jeux et les casinos sont aussi concernés.

Les règles applicables aux lieux de culte ne sont pas revues à la hausse (30 personnes au plus par office).

Pas d’isolement obligatoire

Jean Castex a écarté la possibilité d’un isolement obligatoire des personnes souffrant du Covid-19. « Nous devons […] orienter nos pistes d’amélioration vers l’accompagnement renforcé des personnes malades », a-t-il dit.

A lire aussi

Partager cet article :