Coronavirus : un arrêt de travail si on est proche d'une personne vulnérable

Désormais, les salariés vivant avec une personne vulnérable peuvent bénéficier d'un arrêt de travail pour éviter d'exposer leur proche "à risque" au coronavirus. 

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© iStock

Il y avait l'arrêt de travail pour s'occuper de ses enfants privés d'école, les salariés disposent désormais de la possibilité de bénéficier d'un arrêt de travail (arrêt maladie) s'ils vivent avec une personne vulnérable. Une réponse logique au confinement : jusqu'à présent, ceux qui ne pouvaient pas travailler prenaient des risques importants en s'exposant comme transmetteurs du virus pour les personnes vulnérables avec qui ils vivent. 

Nul besoin, désormais, de négocier avec son employeur, la zone de flou sur l'arrêt de travail des salariés "indispensables" vivant avec des personnes vulnérables est désormais dissipé.

Comment obtenir l'arrêt maladie ?

L'arrêt de travail s'obtient en en faisant la demande à son médecin traitant. S'il n'est pas possible de le consulter, notamment parce qu'il ne pratiquerait pas la téléconsultation, par exemple, vous pouvez l'obtenir de n'importe quel médecin de ville. En revanche, l'Assurance maladie n'a pas précisé si un arrêt maladie simplifié, comme celui destiné aux personnes vulnérables elles-mêmes, allait être mis en place. 

Combien de temps l'arrêt de travail est-il valable ?

L'arrêt de travail destiné aux salariés vivant avec des personnes vulnérables est d'une durée de 15 jours. C'est un arrêt de travail renouvelable aussi longtemps que durera le confinement. 

Y a-t-il un jour de carence ?

Non. Comme pour tous les arrêt de travail en période de coronavirus, il n’y aura aucun jour de carence. Le salarié bénéficiera de 90 % de son revenu : une indemnité à hauteur de 50 % de son salaire qui lui sera versée par la Sécurité sociale + 40 % de son revenu qui continuera à être versé par son employeur (à condition d’avoir un an d’ancienneté).

Qui sont les personnes "vulnérables" ou "à risque" ?

Le ministère des Solidarités et de la Santé a dressé une liste des personnes à risque concernant l'épidémie de coronavirus : 

  • les personnes âgées de 70 ans et plus 
  • les patients aux antécédents cardiovasculaires 
  • les diabétiques insulinodépendants non équilibrés ou présentant des complications secondaires à leur pathologie
  • les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale 
  • les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée 
  • les malades atteints de cancer sous traitement
  • les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise
  • les malades atteints de cirrhose au stade B ou C de la classification de Child-Pugh
  • les personnes présentant une obésité morbide
  • les femmes enceintes à partir du troisième trimestre de la grossesse

 

df
Mathieu Sicard
Publié le

Partager cet article :