Coronavirus : métros, trains, avions… Pourquoi continuent-ils de circuler ?

Une interruption « n’apporterait aucune solution sur le plan sanitaire » dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus, a justifié le secrétaire d’Etat chargé des Transports, Jean-Baptiste Djebbari.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
La RATP ne restreint pas la circulation des métros.
La RATP ne restreint pas la circulation des métros. © fivepointsix

C’est un paradoxe en pleine extension de l’épidémie de coronavirus. Les transports en commun (métros, trains, avions, etc.) continuent de circuler, alors que, par un arrêté publié jeudi 4 mars au Journal officiel, le gouvernement a interdit jusqu’au 31 mai « tout rassemblement mettant en présence de manière simultanée plus de 5 000 personnes en milieu clos ». Une décision qui touche notamment les concerts.

« Arrêter les transports n’apporterait aucune solution sur le plan sanitaire. Je rappelle que pendant la grippe hivernale les transports continuent de fonctionner », a dit Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat chargé des Transports.

Ces derniers « sont indispensables à la vie économique et sociale », a-t-il justifié auprès de Libération. L’épidémie a déjà un impact négatif sur l’activité, susceptible de s’aggraver en cas d’arrêt de transports.

 « Dans une salle de concert, les gens sont plus longtemps en contact très proche dans un espace confiné que dans une rame de métro », a expliqué à LibérationAlexandre Bleibtreu, médecin infectiologue.

Les transporteurs se soumettent aux exigences des autorités. « Un dispositif d’information des voyageurs a été mis en place » dans les gares, les aéroports et les ports, indique le site gouvernement.fr. Il « rappelle les consignes sanitaires pour se protéger du virus et les bons réflexes à adopter en cas de contamination ».

SNCF

Le groupe ne limite aucunement la circulation de ses trains, qui « peuvent rouler en toute sécurité, et s’il y a restriction ce n’est pas à la SNCF de décider », a dit son PDG, Jean-Pierre Farandou, au micro de RTL.

RATP

La RATP n’a pas mis en place de mesure pour réduire la circulation de ses métros, bus et tramways. « L’entreprise se tient en alerte et est en mesure de mettre en œuvre rapidement, si nécessaire, son plan de continuité activité et de réponse sanitaire permettant d’assurer la continuité du service sur ses réseaux », a fait savoir la RATP aux Echos.

Avions

Le ministère des Solidarités et de la santé déconseille les déplacements dans certaines zones géographiques, notamment la Chine et le nord de l’Italie. Mais des vols sont maintenus vers ces destinations.

Selon gouvernement.fr, les personnes présentant des symptômes à leur descente d’avion dans un aéroport français sont prises en charge par le service médical de ce lieu, avant d’être isolées et prises en charge par le Samu.

 

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :