Coronavirus : la sortie du confinement va être progressive

La sortie du confinement ne se fera probablement pas « en une fois, partout et pour tout le monde », a averti mercredi le Premier ministre, Edouard Philippe, à l’Assemblée nationale.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Edouard Philippe, le 27 mars à l’Elysée.
Edouard Philippe, le 27 mars à l’Elysée. © Christophe Ena – Pool New – Reuters

De nombreux Français s’interrogent : quand le confinement, mis en place dans toute la France le 17 mars pour lutter contre la propagation du coronavirus, va-t-il s’achever ? Edouard Philippe, a admis, mercredi 1er avril, que la fin de cette période ne se fera probablement pas « en une fois, partout et pour tout le monde », lors d’une visio-conférence avec les députés de la mission d’information sur l’impact, la gestion et les conséquences de l’épidémie.

C’est donc à une sortie de confinement progressive qu’il faut attendre. « Nous avons demandé à plusieurs équipes de travailler sur cette question [...] en étudiant l’opportunité, la faisabilité d’un déconfinement qui serait régionalisé ou [...] qui serait sujet à une politique de tests [...] ou en fonction – qui sait ? – de classes d’âge », a expliqué le Premier ministre.

« Nous espérons pouvoir avancer sur le sujet et présenter des éléments d’une stratégie de déconfinement dans les jours, les semaines qui viennent », a fait savoir Edouard Philippe.

Si les restrictions à la liberté de déplacement sont prévues pour durer jusqu’au 15 avril, une prorogation jusqu’à la fin du mois semble certaine. L’exécutif n’a pas rendu publique une telle mesure. Mais dans un avis du 23 mars, le conseil scientifique, qui guide ses décisions s’agissant de la crise sanitaire, a estimé que « le confinement durera vraisemblablement au moins 6 semaines à compter de sa mise en place ».

Le confinement, « seule stratégie » faute de tests

Pour le conseil, créé par le président de la République, Emmanuel Macron, le confinement est « la seule stratégie réellement opérationnelle, l’alternative d’une politique de dépistage à grande échelle et d’isolement des personnes détectées n’étant pas pour l’instant réalisable à l’échelle nationale », compte tenu du manque de tests.

D’après le conseil, « avant d’envisager une sortie du confinement, le gouvernement devra s’assurer que l’objectif de l’intervention est atteint. Cette décision pourra être reprise sur la base d’indicateurs épidémiologiques indiquant notamment que la saturation des services hospitaliers, et des services de réanimation en particulier, est jugulée ». Le conseil doit rendre « prochainement un avis sur la stratégie » de sortie, précisait-il le 23 mars.

Une fois les établissements scolaires et l’ensemble des entreprises rouverts, « nous aurons encore à appliquer les mesures barrières, à être attentifs au lavage des mains, aux distances », au moins pendant « quelques mois », estime le directeur général de la santé, Jérôme Salomon, auprès de France Info.

Ainsi que l’admet Edouard Philippe au sujet de la maladie, « nous ne savons pas tout ». Comme l’a raconté France 24, les mesures ont été allégées dans des régions chinoises, aucun confinement à l’échelle de tout le territoire national n’ayant été imposé. Mais nul pays n’est pour l’heure entièrement sorti du confinement.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :