Contrôle technique : un comparateur de prix officiel est désormais disponible

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© AnnaStills

Le contrôle technique est une démarche obligatoire qui doit s’effectuer tous les deux ans pour les véhicules de plus de quatre ans. Mais la règlementation française ne fixant aucun prix, son coût peut varier du simple au double selon les centres ou la localisation. Pour aider les conducteurs à comparer les tarifs, le ministère de l’Economie vient de mettre en ligne un comparateur.

Développé par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), avec l’appui de la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) du ministère de la Transition écologique, ce site permet de connaître, grâce à un outil de géolocalisation, les prix des prestations de contrôle technique des centres situés près de chez vous.

Les prix pratiqués par 4 500 centres indiqués

Pour l’utiliser, c’est très simple. Il suffit de se rendre sur le site prix-controle-technique.gouv.fr, d’indiquer le type de véhicule (voiture particulière, voiture de collection, 4 x 4, camping-car de moins de 3,5 tonnes, camionnette), sa motorisation (essence, diesel, gaz, hybride, électrique), votre département et votre ville. Vous cliquez et les centres apparaissent avec leurs coordonnées, le prix du contrôle et celui de la contre-visite.

Par exemple, dans le Nord, les tarifs vont de 55 € TTC à 85 € TTC pour le contrôle technique d’une voiture particulière essence. Pour une voiture hybride, les écarts de prix sont plus importants et vont de 58 € à 106 €.

Dans les Bouches-du-Rhône, il faut compter entre 65 € et 99 € pour une voiture essence et entre 68 € et 125 pour un véhicule hybride.

Les promos ne sont pas affichées

Les centres ont l’obligation de transmettre leurs tarifs et toute modification, sous peine d’une amende administrative de 1 500 € maximum. A ce jour, 4 500 centres sur les 6 400 existants sont répertoriés. Mais les données accessibles ne renseignent pas sur les éventuelles promotions pratiquées. Or, la majorité en propose souvent. Déçus, les acteurs du secteur auraient l’intention, selon les informations d’Autoplus, d’optimiser le référencement de leurs propres sites sur Google pour faire de l’ombre au nouveau comparateur officiel.

A lire aussi