Confinement : ce qui reste ouvert, ce qui est fermé

Le confinement, qui débute vendredi 30 octobre à 0 heure pour limiter la propagation du Covid-19, va entraîner la fermeture de nombreux commerces et d’autres lieux habituellement ouverts.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
7mn de lecture
Confinement
Un restaurant à Paris mercredi soir, diffusant l’allocation télévisée d’Emmanuel Macron. © Benoit Tessier – Reuters

Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé, dans son allocution télévisée mercredi 28 octobre, la mise en œuvre d’un nouveau confinement du pays, pour limiter la propagation de la pandémie de Covid-19. Le Premier ministre, Jean Castex, a prononcé jeudi un discours à l’Assemblée nationale puis au Sénat. Le chef du gouvernement doit donner une conférence de presse sur le confinement vers 18 heures 30, avec les ministres Bruno Le Maire (Economie, finances et relances), Olivier Véran (Solidarités et santé), Gérald Darmanin (Intérieur) et Elisabeth Borne (Travail, emploi et insertion).

« Les commerces qui ont été définis » lors du précédent confinement, entre le 17 mars et le 10 mai inclus, « comme non essentiels, les établissements recevant du public, notamment les bars et restaurants, seront fermés », a expliqué le chef de l’Etat. Les propos d’Emmanuel Macron et de Jean Castex et la lecture d’un décret du 29 octobre permettent de déterminer les lieux qui pourront rester ouverts et les autres.

Qui est confiné ? 

Toute la France métropolitaine est soumise au confinement. À l'exception de la Martinique, l'outre-mer n'est pas confiné. 

Lieux ouverts

Commerces de bouche

Les commerces vendant des produits alimentaires seront libres de maintenir leur activité. Cela inclut les supermarchés, les magasins spécialisés dans la vente de produits surgelés, les épiceries, les boulangeries, les boucheries, les poissonniers, les fromageries ou les cavistes.

S’agissant des grandes surfaces, Jean Castex a annoncé dimanche 1er novembre sur TF1 l’interdiction pour elles de proposer des produits que peuvent habituellement vendre les commerces de proximité fermés, tels que les fleurs, les livres, les vêtements ou le maquillage. Cette mesure doit entrer en vigueur le 3 novembre.

Les marchés alimentaires pourront vendre leurs produits, sauf décision contraire des préfets, selon le chef du gouvernement.

Les associations caritatives pourront continuer à assurer des distributions de produits de première nécessité.

Etablissements scolaires

« Les crèches, les écoles, les collèges et les lycées resteront ouverts », a indiqué le président de la République dans son discours.

Les services périscolaires seront toujours assurés, a précisé Jean Castex dans son discours, sans plus ample information sur ce point.

De nouveaux protocoles sanitaires doivent être établis, renforçant les règles applicables.

Guichets administratifs de services publics

Les bureaux de La Poste et les autres guichets des services publics vont rester ouverts. Pôle emploi a par exemple annoncé ce jeudi que ses agences resteront disponibles.

Intérim

Les agences de travail temporaire et de placement de main-d’œuvre pourront poursuivre leurs activités, même si l’emploi, notamment intérimaire, risque de chuter durant le confinement.

Banques et assureurs

Les agences des banques et des assureurs pourront continuer à ouvrir leurs portes.

Cabinets médicaux, pharmacies, hôpitaux et cliniques

Les cabinets médicaux pourront maintenir leur activité. Les médecins auront cependant le droit de dispenser des consultations à distance, qui ont pris un important essor durant le premier confinement.

« Les cabinets de chirurgie dentaire, qui sont des structures de soin hautement sécurisées » vont poursuivre leur activité, affirme dans un communiqué diffusé ce jeudi l’Ordre national des chirurgiens-dentistes.

Les psychologues, les psychothérapeutes et les psychanalystes pourront dispenser des consultations dans leur cabinet, bien qu’aucune précision sur ce sujet ne figure dans le décret. « Les cabinets des praticiens médicaux et paramédicaux libéraux s’assimilent à des bureaux au regard de la réglementation des établissements recevant du public, bureaux pour lesquels aucune interdiction n’est posée », nous explique la Direction générale de la santé (DGS) du ministère des Solidarités et de la santé.

Les pharmacies et tous les magasins spécialisés proposant des articles médicaux et orthopédiques pourront rester ouverts.

Tout comme les hôpitaux et les cliniques. Les urgences resteront disponibles, y compris pour des problèmes médicaux sans lien avec le Covid-19.

Buralistes, marchands de journaux et papetiers

Les buralistes, les marchands de journaux et les papetiers pourront poursuivre leur activité.

Transports publics

Les transports en commun vont en principe fonctionner. Une dégradation des différents services est cependant à attendre.

Les taxis et les voitures de transport avec chauffeur (VTC) pourront continuer à proposer leurs services. 

Les usagers de tous les transports publics devront cependant se trouver dans une situation constituant un motif de déplacement autorisé.

Stations de carburant

Les stations de carburant pourront continuer à accueillir des clients.

Réparation et équipement de véhicules

Les magasins d’entretien et de réparation des véhicules, les garages, pourront continuer à proposer leurs services. Tout comme les magasins vendant des équipements automobiles et les magasins de commerce et de réparation des motos et autres cycles.

Ordinateurs et téléphones

Les magasins spécialisés proposant des ordinateurs, des logiciels et des téléphones sera possible.

Quincaillerie

Les magasins vendant de la quincaillerie, des matériaux de construction et des peintures auront le droit de maintenir leur activité.

Hôtels et hébergements touristiques

Les hôtels vont rester ouverts. Mais aussi les hébergements de courte durée et les terrains de camping et parcs pour caravanes ou véhicules de loisirs constituant pour les personnes qui y vivent un domicile régulier.

Services funéraires

Les services funéraires pourront rester ouverts. Les cimetières pourront être visités durant le week-end de la Toussaint. « Je veux que nous puissions continuer à enterrer dignement nos proches », a indiqué Emmanuel Macron.

Ehpad

Les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et toutes les maisons de retraite peuvent rester ouverts aux familles durant le confinement. « Les visites [...] seront cette fois autoriséesdans le strict respect des règles sanitaires », a fait savoir Emmanuel Macron.

Blanchisseries

Les blanchisseries pourront maintenir leur activité.

Parcs et jardins

Les parcs et jardins pourront encore vous accueillir, d’après une annonce faite jeudi par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, confirmée par le Premier ministre.

Fermés

Bars et restaurants

Les bars et les restaurants seront fermés durant le confinement. Les professionnels de la restauration auront cependant la faculté de pratiquer la vente à emporter ou la livraison à domicile. 

Cinémas, théâtres et autres salles de spectacles

Les cinémas, les théâtres et autres salles de spectacle ne pourront ouvrir leurs portes.

Salons de coiffure, librairies et fleuristes

Divers commerces considérés comme non essentiels tels que les librairies et les salons de coiffure, vont devoir à nouveau fermer leurs portes. Les fleuristes bénéficient d’un sursis jusqu’à dimanche soir.

Ont également l’interdiction d’ouvrir leurs portes :

  • les salles de danse et les salles de jeux ;
  • les bibliothèques et les centres de documentation, hors ceux situés dans les universités et autres établissements d’enseignement supérieur ;
  • les salles d’exposition et les musées ;
  • les stades, les gymnases et les piscines publiques.

Etablissements d’enseignement supérieur

Les universités et autres établissements d’enseignement supérieur devront assurer leurs enseignements à distance.

Selon Jean Castex, par exception, « les travaux pratiques » seront susceptibles d’être menés en présence.

La possible réouverture de certains commerces avant la fin du confinement

Emmanuel Macron a admis la détresse des petits commerçants qui vont voir leurs ventes chuter ou réduites à zéro, tout en envisageant la possibilité d’un allègement des mesures avant même la fin du confinement.

« Tous les quinze jours, nous ferons le point sur l’évolution de l’épidémie. Nous déciderons, le cas échéant, de mesures complémentaires. Et nous évaluerons alors si nous pouvons alléger certaines contraintes, en particulier sur les commerces », a indiqué le président de la République.

« Si d’ici quinze jours nous maîtrisons mieux la situation, nous pourrons alors réévaluer les choses et espérer ouvrir certains commerces, en particulier dans cette période si importante avant les fêtes de Noël », a souligné le chef de l’Etat.

df
Timour Aggiouri
Mis à jour le

Partager cet article :