Comment protéger ses données personnelles sur le web ?

Depuis quelques jours, l’application mobile « FaceApp », qui permet de modifier une photo à l’aide de filtres, fait couler beaucoup d’encre. L’application russe est en effet accusée de détourner les données de ses utilisateurs, notamment leurs photothèques. Cette polémique, loin d’être un cas isolé, est peut-être l’occasion de prendre les mesures nécessaire à la protection de vos données sur internet.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© Rick-Jo

On ne nous le répétera jamais assez : il est capital de se montrer vigilant quant à sa confidentialité sur le web. D’autant que les chiffres ne se montrent pas rassurants : en 2016, la France s’élevait au deuxième rang des pays les plus touchés par le vol de données en ligne, derrière les États-Unis. Allant de piratage de comptes sur les réseaux sociaux à vols de données bancaires, les cyber attaques peuvent s’avérer plus ou moins dangereuses. Afin de parer à ces menaces, de nombreuses solutions existent, plus ou moins sophistiquées.

Lire attentivement les conditions générales d’utilisation

Les CGUs sont un contrat stipulant les modalités d’interaction entre le fournisseur d’un service et son utilisateur. Ainsi, il est capital de les lire attentivement avant d’en accepter les formalités. C’est justement le clic trop facile qui a mené FaceApp à détenir les données de ses utilisateurs : les CGUs annonçaient pourtant clairement que les photos utilisées sur l’application devenaient immédiatement la propriété de cette dernière.

Actualiser ses mots de passe

Cette étape, bien qu’elle puisse paraître rudimentaire, est capitale dans le processus de protection de ses données. En effet, le mot de passe représente la porte ouverte à vos données personnelles, et doit ainsi être sécurisé, afin de dissuader les pirates. Un mot de passe robuste est idéalement composé d’une douzaine de caractères, comprenant des majuscules, minuscules, chiffres et caractères spéciaux. Il est aussi conseillé de ne pas utiliser un mot de passe commun à tous vos comptes, mais plutôt d’alterner entre 3 à 4 mots de passe. Pour ce qui est de mémoriser ces derniers, vous avez le choix entre de nombreux gestionnaires sécurisés tels que LastPass, Dashlane et KeePass.

Utiliser des moteurs de recherche alternatifs

En 2018, près de 91% des internautes utilisaient Google afin d’effectuer leurs recherches sur le web. Pourtant, ce moteur de recherche, comme beaucoup de ses concurrents, collecte la majorité de vos données, afin de les vendre à des commerciaux. Il est ainsi préférable d’opter pour un moteur de recherche anonyme, qui ne collecte ni adresse IP, ni historique de navigation, ni cookies. Parmi eux, DuckDuckGo, Startpage et Framabee méritent particulièrement le détour.

Installer un VPN

Un VPN, ou réseau privé virtuel, est un réseau qui permet de sécuriser sa connexion internet. Contrairement à une navigation classique, une navigation internet via VPN permet de passer via un réseau tiers chiffré, et ainsi aux données des utilisateurs d’être sécurisées. Seul bémol : ces dispositifs sont rarement gratuits, et il vous faudra ainsi débourser entre 2 à 7€ par mois en moyenne afin de maintenir votre confidentialité. Parmi les VPNs actuellement sur le marché, trois en particulier ont un bon rapport qualité-prix : CyberGhost, ExpressVPN, et NordVPN.

Se méfier des WiFis publics

Aujourd’hui, le WiFi public, aussi appelé « hotspot », est un réseau WiFi accessible le plus souvent gratuitement, et dans des lieux publics. Bien que cela semble une alternative pratique aux données cellulaires, il est capital d’être vigilant. En effet, de nombreux pirates usent de ces connexions afin de dérober les données personnelles de ses utilisateurs. Ainsi, avant de vous connecter à un réseaux WiFi public, il est impératif de vous poser les bonnes questions : Qui opère ce réseaux ? Quelles en sont les conditions d’utilisation ? S’agit-il d’une connexion fiable ? Si vous ne pouvez répondre à ces questions, il est préférable d’utiliser vos données cellulaires (3G/4G), ou de vous rendre dans un établissement fiable (restaurant, hôtel, gare…) et de demander le nom et mot de passe du WiFi à un membre du personnel.

En conclusion, dans le monde hyper connecté qu’est le notre, la protection de données s’avère être une étape indispensable à la préservation de notre vie privée et de notre sécurité.

df
Lila Babin-Heynard
Publié le

Partager cet article :