Chômage partiel pour garde d'enfants : qui y a droit ?

CORONAVIRUS - Le gouvernement a annoncé ce mercredi soir, le retour du chômage partiel pour les parents qui doivent garder leurs enfants. Une conséquence de la multiplication des fermetures de classes en raison de cas déclarés de Covid-19. 

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
© SeventyFour

À mesure que les classes ferment (150 établissements sont concernés et des centaines de classes en tout), les galères se multiplient pour les parents qui doivent les garder mais ne pouvaient plus bénéficier du bénéficier du chômage partiel. 

Une erreur réparée, ce mercredi soir, alors que les indicateurs de surveillance de l'épidémie de Covid-19 inquiètent, dans un communiqué qui précise que les salariés qui doivent garder leur enfant et qui ne peuvent pas télétravailler, pourront de nouveau bénéficier du dispositif. Ils continueront ainsi à bénéficier d'une grande partie de leur salaire et leur entreprise sera indemnisée par l'État. 

Qui est concerné par le chômage partiel pour garde d'enfants ?

Tous les parents d'enfants privés d'école en raison de l'épidémie. À la double condition que le télétravail soit impossible aux deux parents et qu'un seul des deux parents bénéficie du chômage partiel. 

Les salariés pourront donc en bénéficier, les travailleurs indépendants et les contractuels de droit public bénéficieront quant à eux d'indemnités journalières, et les fonctionnaires seront placés en autorisation spéciale d'absence (ASA). 

Chômage partiel : quelle indemnisation ?

Les parents concernés pourront ainsi "bénéficier d'un revenu de remplacement dès le premier jour de leur arrêt de travail, et au plus tard jusqu'à la fin de la période d'isolement", précise le ministère des Solidarités et de la Santé.

En mai dernier, les salariés devant garder leurs enfants pouvaient ainsi bénéficier de 84 % de leur salaire net (100 % s’il touchaient le Smic). La décision est rétroactive : le dispositif couvre tous les arrêts depuis le 1er septembre. 

Partager cet article :