C’est quoi, une voiture radar ?

402 voitures radars circulent actuellement en France pour flasher les véhicules qui roulent trop vite… en toute discrétion. Voici comment le dispositif fonctionne.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Regis Duvignau-Reuters

Apparues en 2013, les voitures radars sont désormais 402 à sillonner les routes de France, d’après les chiffres du ministère de l’Intérieur au 1er juin 2020. Leur but ? Lutter contre les grands excès de vitesse.

Les voitures radars, comment ça marche ?

Ce sont des voitures comme les autres, conduites par des gendarmes, des policiers en uniforme ou des sociétés privées habilitées par l’Etat, qui intègrent derrière la plaque d’immatriculation un radar, dont le flash infrarouge est invisible pour les usagers flashés. Impossible donc de les reconnaître. Il peut s’agir d’une Peugeot 308, d’une Ford Focus ou encore d’une Volkswagen Passat.

Où circulent les voitures radars ?

Elles peuvent circuler n’importe où, sur les autoroutes, les routes nationales, départementales ou en agglomération. Les trajets sont fixés par les services de l’Etat en fonction des critères d’accidentalité locale. Les radars fonctionnent de jour comme de nuit et par tous les temps.

Les véhicules situés derrière peuvent-ils être contrôlés ?

Non, seuls les véhicules dépassant ou croisant les voitures radars peuvent être flashés.

Quels excès de vitesse sont visés ?

Seuls les excès de vitesse importants sont détectés. La marge technique de ces radars est, en effet, de 10 km/h pour les limitations de vitesse inférieures à 100 km/h et de 10 % pour les limitations de vitesse supérieures à 100 km/h, contre 5 km/h et 5 % pour les autres radars de contrôle de la vitesse. Autrement dit, sont flashés les véhicules roulant à partir de 146 km/h sur autoroute, 124 km/h sur une voie express ou 61 km/h en agglomération. En 2019, les voitures-radars ont émis 1 211 066 messages d’infractions, ayant donné lieu à 876 990 avis de contraventions.

Est-ce le conducteur qui déclenche le radar lorsqu’il constate un excès de vitesse ?

Non, le radar se déclenche automatiquement et les conducteurs de la voiture radar ne savent pas le nombre de personnes flashées.

Qui envoie les PV ?

Les avis de contravention sont traités comme pour les radars fixes par le Centre automatisé de constatation des infractions routières (Cacir), un service commun à la police et à la gendarmerie nationale basé à Rennes.

Où circulent les voitures radars privatisées ?

Depuis avril 2018, l’Etat a habilité des sociétés privées pour conduire des voitures radars afin de libérer du temps aux forces de l’ordre. Après une expérimentation en Normandie, le dispositif a été étendu en 2020 à trois régions : la Bretagne, les Pays de la Loire et le Centre-Val de Loire. Quatre nouvelles régions devraient bientôt être concernées : la Nouvelle-Aquitaine, les Hauts-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand-Est.

Au 1er juin 2020, ces véhicules radars privatisés représentaient à peine 10 % de la flotte totale mais ils réalisent déjà un tiers des heures de contrôle, avec 5h30 en moyenne de circulation par jour. Contestée par l’association 40 Millions d’automobilistes, la légalité des voitures radars privées a été confirmée par le Conseil d’Etat en décembre 2019.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :