Boîte noire, freinage d’urgence… De nouveaux équipements obligatoires dans les véhicules neufs

3 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Voiture, femme, volant
© Rawpixel

Ce texte technique est susceptible de sauver des milliers de vies. Un règlement (à télécharger ici) du Parlement européen et du Conseil de l’Union européenne (UE), en date du 27 novembre 2019, fixe l’obligation pour les constructeurs automobiles d’installer une série d’équipements de manière à améliorer la sécurité routière. 

« Le texte juridique étant un règlement, il n’y a pas eu besoin de transposition dans le droit national des Etats membres », précise-t-on au Parlement européen auprès de Dossier Familial.

Voici les principaux dispositifs dont les véhicules particuliers neufs devront être équipés suivant ce document.

Boîte noire

Les constructeurs devront équiper dès mai 2022 les véhicules neufs de dispositifs proches des boîtes noires présentes dans les avions, permettant de connaître les circonstances d’un accident. Une installation devra être faite sur les véhicules d’occasion à partir de mai 2024. « Reste à savoir si l’ajout se fera obligatoirement pour tous ou seulement en cas » de changement de propriétaire, remarque le site spécialisé Autonews.

Les informations que ces appareils « sont capables d’enregistrer et de mémoriser en ce qui concerne l’intervalle de temps peu avant, pendant et immédiatement après une collision comprennent la vitesse du véhicule, le freinage, la position et l’inclinaison du véhicule sur la route, l’état et le taux d’activation de tous ses systèmes de sécurité, le système eCall embarqué fondé sur le service 112, l’activation des freins et tout autre paramètre d’entrée pertinent des systèmes embarqués de sécurité active et d’évitement des accidents », indique le règlement.

Tous les véhicules construits après le 31 mars 2018 doivent comporter eCall. En cas d’accident grave, le système compose automatiquement le 112, numéro d’appel d’urgence gratuit, d’après le site de la Commission européenne.

Les données enregistrées pourront être exploitées par les policiers et les gendarmes enquêtant sur l’accident, non par les assureurs.

Système avancé de freinage d’urgence

Le système avancé de freinage d’urgence « peut détecter automatiquement une collision potentielle et activer le système de freinage du véhicule pour ralentir le véhicule et ainsi éviter ou atténuer une collision », selon le règlement. Il doit permettre de limiter le nombre d’accidents.

Avertisseur de somnolence

Le texte prévoit l’obligation d’installation d’un avertisseur de somnolence et de perte d’attention sur tous les véhicules à moteur. Ce système « évalue la vigilance du conducteur par l’analyse de systèmes du véhicule et avertit le conducteur, si nécessaire », selon le règlement.

Avertisseur avancé de distraction du conducteur

Ce dispositif est conçu pour aider le conducteur « à continuer de prêter attention aux conditions de circulation » et à l’avertir « en cas de distraction ».

Adaptation intelligente de la vitesse

Un dispositif d’adaptation intelligente de la vitesse doit permettre d’informer le conducteur que « la limite de vitesse applicable est dépassée ».

Il s’appuie sur « l’observation des panneaux et signaux routiers, sur la base des signaux de l’infrastructure ou de données de cartes électroniques, ou les deux, disponibles à bord du véhicule ».

Facilitation de l’installation d’un éthylomètre antidémarrage

Le règlement définit ce système comme « une interface normalisée qui facilite le montage d’éthylomètres antidémarrage non d’origine dans les véhicules à moteur ».

D’autres dispositifs vont devoir être installés :

  • avertisseur avancé de distraction du conducteur ;
  • signal d’arrêt d’urgence ;
  • détection en marche arrière.

A lire aussi