Bac 2021 : des changements sont possibles jusqu’à deux semaines avant le début des épreuves

Une ordonnance du 24 décembre vise à permettre une éventuelle adaptation de l’organisation du baccalauréat en raison de la crise sanitaire du Covid-19. Les concours de la fonction publique sont également concernés.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
Bac, examen, lycéen, table, copie, stylos
© Benoit Tessier – Reuters

L’organisation du bac 2021 va-t-elle être bouleversée ? Oui, peut-être : l’exécutif envisage une telle hypothèse alors que l’épidémie de Covid-19 persistera l’année prochaine, en dépit de l’intensification de la campagne de vaccination prévue au cours du premier semestre. Le président de la République, Emmanuel Macron, a pris jeudi 24 décembre une ordonnance, parue le surlendemain au Journal officiel, permettant un changement des règles du baccalauréat, révélé aux candidats au moins deux semaines avant le début des épreuves.

Les « adaptations nécessaires » pourront porter sur la « nature », le « nombre », le « contenu », le « coefficient » ou les « conditions d’organisation » des épreuves, susceptibles d’avoir lieu « de manière dématérialisée ».

La nature désigne le caractère écrit ou oral de l’évaluation. En évoquant le nombre et le coefficient, l’ordonnance envisage la possibilité d’une réduction du nombre d’épreuves couplée à un relèvement du coefficient affecté aux épreuves maintenues.

Bac 2021 : les élèves fixés au plus tard le « 1er mars » ?

Ce texte plonge dans le flou les candidats et les enseignants. « Concrètement, ça signifie que les épreuves de spécialité du bac peuvent être modifiées jusqu’au 1er mars, a commenté auprès du Monde Sophie Venetitay, secrétaire générale adjointe du Syndicat national des enseignements de second degré-Fédération syndicale unitaire (Snes-FSU). Jusqu’au dernier moment, les enseignants et les élèves resteront dans l’incertitude. »

Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, avait annoncé en novembre des aménagements certains aux règles du bac, notamment la prise en compte des notes moyennes pour les matières faisant l’objet des évaluations communes de première et de terminale.

Des adaptations pour les concours de la fonction publique

L’ordonnance prévoit également des adaptations particulières visant, du 1er janvier au 30 avril 2021 inclus, toutes les voies d’accès aux corps, cadres d’emplois, grades et emplois des agents publics :

  • de la fonction publique civile et militaire de l’Etat ;
  • de la fonction publique territoriale ;
  • de la fonction publique hospitalière ;
  • de la fonction publique des communes de la Polynésie française.

Ces mesures sont également applicables, durant la même période, à l’accès au corps judiciaire et aux magistrats de l’ordre judiciaire. 

Les autorités peuvent apporter aux « modalités d’accès [...] les adaptations nécessaires à leur mise en œuvre lors de toute étape de la procédure de sélection, notamment en ce qui concerne le nombre et le contenu des épreuves ».

Comme pour le bac, les modifications prises seront portées à la connaissance des candidats par tout moyen, dans un délai qui ne pourra être inférieur à deux semaines avant le début des épreuves.

Partager cet article :