Animal errant : comment réagir ?

Dans la rue ou en promenade, vous tombez sur un animal qui semble égaré ? Le point sur les réflexes à adopter pour lui venir en aide.
3mn de lecture
© anjajuli

Depuis le début de l’été, la Société protectrice des animaux (SPA) a déjà recueilli plus de 8 000 animaux domestiques abandonnés. Un chiffre constant d’année en année et qui fait de la France la championne du nombre d’abandons en Europe. Voici ce qu’il faut faire si vous trouvez un chien ou un chat qui semble perdu sur la voie publique.

Pouvez-vous identifier l’animal ?

Vous devez avant tout vérifier s’il s’agit bien d’un animal errant. Porte-t-il un collier ou une médaille avec les coordonnées de son propriétaire ? Si la réponse est oui, essayez de contacter ce dernier afin de le prévenir de l’endroit où se trouve son animal. A défaut de collier, il est peut-être tatoué ou pucé. Les tatouages sont généralement situés sur la face interne du pavillon de l’oreille ou à l’intérieur de la cuisse et se composent de 6 ou 7 caractères (au minimum 3 lettres et 3 chiffres). Les puces électroniques sont, elles, positionnées sous la peau au niveau du cou. Pour lire le code à 15 chiffres, qui nécessite un lecteur spécial, vous devrez vous rendre chez un vétérinaire, un refuge ou la fourrière.

Une fois le numéro déchiffré, contactez le service identification de l’I-CAD (Identification des carnivores domestiques) au 0 810 778 778 ou sur leur site Internet qui se chargera de contacter le propriétaire.

A qui s’adresser si l’animal ne peut pas être identifié ?

Si l’animal n’a pu être identifié, vous pouvez contacter une association, une fondation de protection animale ou un refuge susceptible de l’accueillir. Vous pouvez également contacter la mairie qui vous communiquera les coordonnées du service de ramassage des animaux égarés ou de la fourrière qui pourra prendre en charge l’animal. Le maire est, en effet, responsable des animaux errants sur sa commune (article R211-12 du Code rural).

A bout d’un délai franc de garde de 8 jours ouvrés, un animal, placé en fourrière, qui n’a pas été réclamé par son maître est considéré comme abandonné. Il devient alors la propriété du gestionnaire de la fourrière. Après avis d’un vétérinaire, l’animal est cédé gratuitement à une fondation ou association ou euthanasié.

Que faire si l’animal est blessé ?

Contactez la mairie la plus proche qui pourra vous orienter vers le vétérinaire conventionné par la municipalité. Celui-ci prendra en charge l’animal. A défaut, vous pouvez amener l’animal chez un vétérinaire proche qui vous fera signer un formulaire de dépôt et le soignera, s’il le peut.

Que faire s’il s’agit d’un animal sauvage ?

Attention aux morsures ou aux griffures ! Il est déconseillé de manipuler les chauves-souris (risque de transmission de la rage) ou les oisillons tombés du nid (mettez-les simplement en hauteur à l’abri des prédateurs).

« S’il s’agit d’une espèce protégée, prévenez l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), qui a seul pouvoir de décision, que l’animal soit blessé ou mort. S’il s’agit de gibier,  prévenez le maire et éventuellement l’ONCFS », explique le site www.veterinaire.fr. Dans les autres cas, contactez le centre de soins à la faune sauvage le plus proche.

À lire aussi
df
Sarah Corbeel
Publié le

Immobilier, droit du travail, retraite...

Besoin d'une réponse personnalisée ?

Nos experts sont là pour vous accompagner

J'appelle

Du lundi au samedi de 9h à 20h.

0,15 € TTC / minute depuis la France métropolitaine.

Je pose ma question

C'est tout nouveau ! Votre réponse personnalisée sous un délai maximum de 48h.

Plus d'actus