Allons-nous être encore confinés à Noël  ?

Olivier Véran ne s’avance sur aucun « pronostic » concernant le maintien du confinement en décembre, mais le ministre des Solidarités et de la santé observe « une forme de ralentissement de la progression de l’épidémie ».

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
4mn de lecture
Confinement
À Nice, le 9 novembre. © Eric Gaillard – Reuters

Allez-vous passer Noël confiné ? Le ministre des Solidarités et de la santé, Olivier Véran, ne donne aucun « pronostic » quant à la date de la fin du confinement, mis en œuvre à compter du 30 octobre pour contrer la propagation de l’épidémie de Covid-19 et qui doit s’achever au plus tôt un mois après.

« Je ne fais pas de pronostic, vous me verrez jamais faire des pronostics, ça veut pas dire que je suis défaitiste, mais ça veut dire que je suis prudent », a souligné dimanche 8 novembre Olivier Véran, dans une interview au Monde, à France Info et à France Inter.

« Mais en tout cas, quoi qu’il en soit, on sait qu’on aura l’application des gestes barrières pour Noël et qu’ainsi ce sera un Noël un peu spécial de ce point de vue-là », a précisé le ministre des Solidarités et de la santé, pour prévenir toute volonté de rassemblements importants, de bises et d’accolades durant les fêtes.

« Une forme de ralentissement de la progression de l’épidémie »

Olivier Véran a remarqué un « frémissement » dans la progression de l’épidémie dans le pays. Les mesures « ont permis d’avoir une forme de ralentissement de la progression de l’épidémie, mais il est trop tôt pour juger de l’effet du reconfinement »

Des mots qui tranchent avec les propos et le ton de sa conférence de presse donnée jeudi dernier, où il avait décrit la gravité de la situation sanitaire. « La France est le pays d’Europe qui compte le plus grand nombre de cas » de Covid, soit 1,6 million, avait indiqué le ministre.

Le directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch, a constaté lundi « une amorce d’infléchissement » en Île-de-France, évoquant des niveaux d’entrées en hospitalisation et en réanimation pour infection au Covid-19 de « ces trois, quatre derniers jours » en baisse par rapport à « il y a huit jours ».

« Les chiffres qu’on vous donne sont forcément liés au fait qu’il y a un peu moins d’interactions sociales à risque entre les uns et les autres », a noté Martin Hirsch sur les ondes de France Inter.

Selon le haut fonctionnaire, le pic de la deuxième vague « est encore devant nous, et ce ne sera pas la même chose dans toutes les régions ».

Des prévisions tiennent cependant compte d’une prolongation

Bercy a en tout cas déjà pris en compte le risque d’une prolongation du confinement sur l’activité économique et donc les conséquences budgétaires d’une telle reconduction, au travers du quatrième projet de loi de finances rectificative, déposé le 4 novembre à l’Assemblée nationale, et qui doit être discuté ce mardi en séance publique, soit dans l’hémicycle du Palais Bourbon.

Le Haut conseil des finances publiques (HCFP) interprète ainsi la prévision de chute de 11 % du produit intérieur brut (PIB) anticipée désormais par le gouvernement, qui se fondait dans son projet de loi de finances (PLF) pour 2021 sur une récession de 10 %.

La nouvelle prévision « suppose une dégradation marquée de l’activité au quatrième trimestre et le maintien de mesures de confinement au-delà du seul mois de novembre », indique cet organisme placé auprès de la Cour des comptes, dans un avis du 2 novembre, publié au Journal officiel du 5. « Cette dernière hypothèse semble cohérente au Haut conseil au vu des incertitudes entourant les conditions sanitaires », ajoute le HCFP.

Des décisions vers la mi-novembre sur la suite du confinement

L’exécutif doit prendre vers la mi-novembre des décisions relatives au confinement. « Si d’ici 15 jours nous maîtrisons mieux la situation, nous pourrons alors réévaluer les choses et espérer ouvrir certains commerces, en particulier dans cette période si importante avant les fêtes de Noël », avait expliqué le 28 octobre le président de la République dans son discours télévisé annonçant le retour du confinement.

« Nous verrons si nous pouvons cultiver l’espoir de célébrer en famille ce moment si précieux de Noël et des fêtes de fin d’année », avait prévenu le chef de l’Etat.

df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :