Alimentation : le Nutri-score bientôt rendu obligatoire en Europe ?

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Bihlmayer Fotografie

Le Nutri-score va-t-il s’imposer en Europe ? En mai 2020, la Commission européenne avait annoncé, dans le cadre de sa stratégie « de la ferme à l’assiette », l’adoption avant la fin de l’année 2022 d’un étiquetage nutritionnel harmonisé obligatoire sur le devant des emballages. Objectif : aider les consommateurs européens à choisir leurs produits alimentaires en fonction de leurs qualités nutritionnelles. Près de 270 scientifiques et une vingtaine d’associations d’experts dans les domaines de la nutrition, de l’obésité, de la cancérologie, de la cardiologie, de la pédiatrie, de la médecine préventive ont lancé, mardi 16 mars, un appel pour accélérer la mise en place de cet étiquetage.

Comment fonctionne le Nutri-score ?

Conçu en 2014 par une équipe de chercheurs du ministère de la Santé, pilotée par Serge Hercberg, alors président du programme national nutrition santé (PNNS), l’étiquette Nutri-Score permet d’évaluer les qualités nutritionnelles des aliments transformés (excepté les herbes aromatiques) et des boissons (sauf celles alcoolisées) en un coup d’œil. Apposée sur les emballages, elle se présente sous la forme d’une échelle associant cinq couleurs et cinq lettres, le A, de couleur vert foncé, étant le score le plus sain, et le E en orange foncé, le moins sain.

© Bihlmayer Fotografie

Le score prend en compte pour 100 grammes ou 100 de produit, la teneur en nutriments et aliments à favoriser (fibres, protéines, fruits et légumes) et en nutriments à limiter (énergie, acides gras saturés, sucres, sel).

Seul logo nutritionnel fiable en Europe

Mis en place en France depuis l’automne 2017, le Nutri-score a également été adopté par cinq autres membres de l’Union européenne (la Belgique, l’Allemane, l’Espagne, le Luxembourg, les Pays-Bas) et la Suisse. Mais dans aucun de ces pays, le logo n’est obligatoire.

Si les scientifiques saluent l’initiative de la Commission européenne, ils demandent à l’Union européenne de ne pas céder aux groupes de pression qui tentent de discréditer et bloquer le choix du Nutri-score comme étiquette nutritionnelle unique. Ils rappellent que le Nutri-score est « le seul label nutritionnel en Europe à avoir fait l’objet de nombreuses études scientifiques démontrant son efficacité, sa pertinence et son utilité pour les consommateurs et la santé publique, ainsi que sa supériorité par rapport aux autres logos mis en œuvre dans d’autres pays ou soutenus par des groupes de pression ».

« Seules les données scientifiques doivent guider les décisions politiques dans le domaine de la santé publique et que le choix d’un logo nutritionnel efficace pour l’Europe ne doit répondre qu’à cette seule exigence », insistent-ils. Ce choix « ne doit pas être dicté par les intérêts de certains opérateurs économiques ou des Etats membres qui les défendent »

A lire aussi