Fin des emballages plastiques dès 2022 : la liste des fruits et légumes concernés

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© yuii

Fini les pommes emballées par quatre ou six dans une barquette ou les poivrons dans un sachet plastique. A compter du 1er janvier 2022, il ne sera plus possible de vendre un certain nombre de fruits et légumes frais non transformés dans des emballages plastiques. Le décret d’application de la mesure issue de la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire du 10 février 2020 doit être publié mardi 12 octobre au Journal officiel. Mais Le Journal du Dimanche a déjà dévoilé la liste des fruits et légumes qui seront concernés.

Quels sont les fruits et légumes concernés ?

Du côté des fruits, seront concernés : les pommes, poires, bananes, oranges, clémentines, mandarines, citrons, pamplemousses, kiwis, prunes, melons, ananas, mangues, fruits de la passion et kakis.

Du côté des légumes, ce seront les poireaux, courgettes, aubergines, poivrons, concombres, pommes de terre et carottes « normales », tomates rondes, oignons et navets « normaux », choux, choux fleurs, courges, panais, radis, topinambours et légumes racines qui ne pourront plus être vendus sous emballage plastique.

Cette interdiction concernera aussi bien les produits issus de l’agriculture conventionnelle que de l’agriculture biologique. « Alors qu'on estime que 37 % des fruits et légumes sont aujourd'hui vendus sous emballage, cette mesure permettra de supprimer plus d’un milliard d’emballages en plastique inutiles chaque année », déclare le ministère de l’Agriculture dans un communiqué.

Quelles exceptions ?

Toutefois, l’interdiction ne s’appliquera pas aux fruits et légumes conditionnés par lots de 1,5 kilogramme. De même, ceux présentant un risque de détérioration lors de leur vente en vrac bénéficieront d’un sursis afin de laisser à la filière le temps de trouver des solutions alternatives aux emballages plastiques.

Seront ainsi exemptés temporairement les fruits et légumes fragiles suivants :

  • les tomates côtelées et allongées segment cœur, tomates cerises, oignons et navets « primeurs » (c’est-à-dire récoltés au printemps), choux de Bruxelles, haricots verts, raisin, pêches, nectarines et abricots jusqu’au 30 juin 2023 ;
  • les cerises, canneberges, airelles, physalis, salade, mâche, jeunes pousses, herbes aromatiques, épinards, oseille, fleurs comestibles, endives, asperges, brocolis, champignons, pommes de terre et carottes primeur et petites carottes jusqu’au 31 décembre 2024 ;
  • les framboises, fraises, myrtilles, mûres, groseilles, cassis, surelles, surettes, graines germées et fruits mûrs à point jusqu’au 30 juin 2026.

A noter

Les fruits et les légumes transformés ne sont pas concernés par l’interdiction, à l’exception de ceux qui ont seulement été lavés ou dont les fanes ont été enlevées.

Quelles sanctions ?

Le non-respect de la mesure pourra entraîner une amende allant jusqu’à 15 000 € et une astreinte journalière de 1 500 €. Un délai de tolérance de six mois est toutefois prévu pour permettre l’écoulement des stocks d’emballages.

A lire aussi