21 départements en zone rouge, masques, tests… Ce qu’il faut retenir de la conférence de presse gouvernementale

5 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Covid-19
© Christophe Archambault – Pool New – Reuters

Le Premier ministre, Jean Castex, et les ministres Jean-Michel Blanquer (Education nationale) et Olivier Véran (Solidarités et santé) ont fait jeudi 27 août lors d’une conférence de presse à Matignon divers constats sur la situation de l’épidémie de Covid-19 et annoncé des mesures pour répondre à la crise sanitaire, avant la rentrée des classes prévue le 1er septembre. Voici tout ce qu’il faut retenir de leurs propos.

Recrudescence de l’épidémie

Les membres du gouvernement ont sonné l’alerte. « Nous sommes depuis quelques semaines dans une phase incontestable de recrudescence de l’épidémie », a rappelé Jean Castex.

« Le taux de reproduction du virus se situe au-dessus de 1, ce qui signifie que le virus gagne du terrain. Nous étions redescendus à 0,7 en mai. Nous sommes remontés à 1,4 », et « la positivitéaugmente pour toutes les tranches d’âge », a observé le Premier ministre.

21 départements en zone rouge

Le gouvernement place en zone rouge, 19 départements supplémentaires, s’ajoutant à Paris et aux Bouches-du-Rhône.

« Nous avons pris la décision d’inscrire 19 départements en rouge, cela porte au total le nombre de départements à 21 » dans cette catégorie, a indiqué Jean Castex.

Dans les zones rouges, où le virus circule activement, les préfets peuvent prendre des mesures contraignantes spécifiques. 

Les dix-neuf départements supplémentaires sont : 

  • en région Île-de-France l’Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-et-Marne, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne, le Val-d’Oise et les Yvelines ;
  • en région Centre-Val de Loire le Loiret ;
  • en région Pays de la Loire la Sarthe ;
  • en région Nouvelle-Aquitaine la Gironde ;
  • en région Auvergne-Rhône-Alpes le Rhône ;
  • en région Occitanie le Gard, la Haute-Garonne et l’Hérault ;
  • en Provence-Alpes-Côtes d’Azur les Alpes-Maritimes, le Var et le Vaucluse ;
  • en outre-mer la Guadeloupe et la Martinique.

Port du masque obligatoire dans tout Paris

La généralisation du port du masque dans l’ensemble des voies de la capitale et des communes proches va bien avoir lieu, comme l’a dit le chef du gouvernement.

La préfecture de police de Paris a annoncé jeudi cette extension dans tout l’espace public de la ville et des trois départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), à partir de vendredi à 8 heures.

Le port du masque va être imposé à tous les piétons marchant et aux utilisateurs de deux-roues motorisé. Les joggeurs, les cyclistes et les personnes circulant à l’intérieur d’un véhicule à moteur (voiture, camionnette ou poids lourd) ne seront pas tenus de se plier à cette mesure.

Jean Castex a fait état de « 700 verbalisations par jour en moyenne » pour non-respect de l’obligation du port du masque dans le pays.

Masques pour les plus modestes

Quelque 50 millions de masques gratuits ont été adressés par la poste aux personnes les plus modestes. « Nous avons décidé de renouveler cette opération en octobre et aussi longtemps que ce sera nécessaire jusqu’à la fin de l’épidémie », a affirmé le Premier ministre.

Masques pour les soignants

L’Etat a commandé 4 milliards de masques au bénéfice des soignants. Olivier Véran a annoncé l’accroissement du stock national de masques, porté à 1,8 milliard de masques chirurgicaux et à 200 millions de masques FFP2. « Ces stocks sont en cours de constitution et seront atteints d’ici à la fin du mois de septembre », a fait savoir le ministre. Des stocks de gants de protection sont aussi prévus.

Objectif : 1 million de tests par semaine

Le gouvernement compte accroître le nombre de tests de dépistage au Covid-19 menés dans le pays. Olivier Véran s’est réjoui du dépassement de l’objectif de réalisation de 700 000 tests par semaine. D’après lui, 840 000 tests ont été réalisés « cette semaine ». « Je me suis entretenu avec les laboratoires à qui j’ai fixé un objectif du monter à court terme à un million de tests par semaine », a ajouté le ministre.

Renforcement des capacités en réanimation

Olivier Véran s’est également félicité du renforcement des capacités en réanimation des hôpitaux.

« Chaque région dispose désormais d’une stratégie permettant d’augmenter ses capacités [en réanimation], y compris en passant par la déprogrammation des actes chirurgicaux non urgents, a souligné le ministre des Solidarités et de la santé. Si la situation [sanitaire se détériore], ce sont donc 12 000 lits de réanimation qui pourraient être disponibles pour accueillir près de deux fois plus de patients que lors de la première vague de l’épidémie. »

Maintien du Tour de France

La Grande Boucle aura bien lieu du 29 août au 20 septembre. Interrogé sur le maintien de la course, Jean Castex a répondu : « Nous avons pris un certain nombre de dispositions avec l’organisateur du Tour de France. Votre question est fondée, je rappelle que c’est un événement en plein air. Territoire traversé par territoire traversé, nous avons veillé à ce qu’il y ait des prescriptions, des contrôles pour éviter des rassemblements massifs de population. C’est un équilibre difficile. Les lieux de rassemblement un peu anarchiques sont les endroits où il n’y a pas d’organisateur. Le Tour de France dispose d’un organisateur », la société privée Amaury Sport Organisation (ASO).

Une conférence de presse alternative à Marseille

Michèle Rubirola, nouvelle maire de gauche de Marseille, et Martine Vassal, présidente Les Républicains de la métropole et du conseil départemental des Bouches-du-Rhône, ont donné jeudi une conférence de presse alternative au sein de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection du professeur Didier Raoult, également présent.

« Le gouvernement a décidé depuis Paris de ce qui serait bon pour notre ville, sans engager le dialogue nécessaire avec les élus, et surtout sans nous donner les moyens de faire respecter les décisions qui sont les siennes », a critiqué Michèle Rubirola.

Depuis mercredi soir, le port du masque est obligatoire dans toute la ville de Marseille, les bars, restaurants et commerces d’alimentation générale doivent fermer dans l’ensemble des Bouches-du-Rhône entre 23 heures et 6 heures.

Sources des citations : Agence France-Presse (AFP), France Info, Le Monde

A lire aussi