Vers des contrôles d’identité systématiquement filmés

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2 000 caméras-mobiles seront déployées au sein de la police et 600 en gendarmerie.
2 000 caméras-mobiles seront déployées au sein de la police et 600 en gendarmerie. 2 000 caméras-mobiles seront déployées au sein de la police et 600 en gendarmerie.

La violente interpellation deThéo, lors d’un contrôle d’identité à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, le 2 février dernier a relancé le débat sur les rapports entre les forces de l’ordre et la population dans les quartiers sensibles. Pour apaiser les tensions, le ministre de l’Intérieur, Bruno Le Roux, a annoncé jeudi 9 février le déploiement de 2 600 caméras mobiles, équipées d’un système de déclenchement automatique, au bénéfice des policiers et gendarmes.

Police et gendarmerie disposent déjà de ce type de caméras, fixées sur l’avant des uniformes, mais elles intégreront désormais un déclenchement automatique lors d’un contrôle d’identité. 2 000 seront déployées au sein de la police et 600 en gendarmerie.

Ces appareils rectangulaires de la taille d’un talkie-walkie sont dotés d’un objectif grand angle pouvant capter n’importe quelle scène, de jour comme de nuit. Jusqu’à 7 heures d’images peuvent être enregistrées.

Un niveau de sécurité supplémentaire

Pour Bruno Le Roux, le dispositif des caméras mobiles, aussi appelées caméras-piétons, est « bien plus opérationnel » qu’un récépissé de contrôle d’identité qui entraînerait une « forme de lourdeur ». Ce projet, abandonné, consistait en un coupon remis par le policier à la personne contrôlée avec la date, le lieu et la raison du contrôle d’identité permettant de vérifier statistiquement si des discriminations existent.

« Sommes-nous prêts demain à faire dans notre pays un fichier des personnes contrôlées dans nos quartiers ? Moi je ne m’y résous pas », a argumenté le ministre jeudi dernier devant les sénateurs, réunis pour la séance des questions au gouvernement, comparant la mise en œuvre du récépissé à une « chimère ».

Le « déclenchement automatique » dont seront dotées les caméras-piétons sera celui prévu dans le cadre de la loi Egalité et Citoyenneté. Il « va apporter un niveau de sécurité supplémentaire dans les contrôles d’identité et les interventions qui se passeront dans nos quartiers », estime le ministre. Elles devraient apporter une preuve irréfutable des faits si un contrôle d’identité venait à déraper.

« À partir du 1er mars, il y aura des décrets qui seront publiés pour que, quand il y a contrôle d'identité, le déclenchement de la caméra-piéton soit obligatoire », a déclaré le ministre vendredi sur Europe 1.

Vers une généralisation du dispositif

Depuis 2013, ces « caméras-piétons » sont expérimentées par la police et la gendarmerie dans plusieurs zones de sécurité prioritaire (ZSP) mais sans obligation de les déclencher. La Direction générale de la police nationale avait salué « leur effet modérateur, unanimement constaté par les fonctionnaires ». En octobre 2015, l’ancien Premier ministre, Manuel Valls, avait annoncé leur généralisation d’ici à cinq ans.

A lire aussi