Véhicules électriques : le cap des 100 000 est franchi

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
D'ici 2020, 350 000 véhicules électriques devraient rouler en France.
D'ici 2020, 350 000 véhicules électriques devraient rouler en France. D'ici 2020, 350 000 véhicules électriques devraient rouler en France.

Le véhicule 100 % électrique s’installe durablement dans le paysage automobile français. Jeudi 23 mars, le seuil symbolique des 100 000 immatriculations cumulées depuis 2010, année du lancement de la nouvelle génération de véhicules propres, a été franchi, rapporte l’Avere France (Association nationale pour le développement de la mobilité électrique). La France devient « le premier pays européen à atteindre un tel parc de véhicules zéro émission », souligne l’association dans un communiqué.

En octobre 2016, la ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, annonçait que la « barre des 100 000 véhicules rechargeables avait été dépassée » mais elle comptabilisait les modèles 100 % électriques et les véhicules hybrides (association d’un moteur thermique à essence ou diesel avec un moteur électrique). Aujourd’hui, le cumul des segments électriques et hybrides s’élève à plus de 117 000 immatriculations.

Depuis le début de l’année 2017, le marché français des véhicules particuliers et utilitaires 100 % électriques s’accélère, avec près de 7 000 immatriculations en moins de trois mois. Ce succès s’explique notamment par le bonus maximal de 10 000 € accordé pour le remplacement d’un diesel immatriculé avant le 1er janvier 2006. L’arrivée de modèles plus performants, « dotés d’une autonomie de 300 km », ainsi que le développement des bornes de recharges incitent également à l’achat.

35 % des Français prêts à acheter une électrique

D’ailleurs, d’après une enquête Ipsos de septembre 2016, 35 % des automobilistes sont prêts à passer à l’électrique. Une proportion qui dépasse les 50 % lorsqu’ils ont déjà effectué un essai ou qu’ils bénéficient d’une solution de recharge à proximité. Et ils sont 80 % à se dire « prêts à changer leurs habitudes de mobilité pour améliorer la qualité de l’air ».

A l’horizon 2020, l’Avere-France estime ainsi que la France devrait compter plus de 350 000 véhicules 100 % électriques en circulation. Pour accompagner la croissance de l’électrique, « le soutien des pouvoirs publics demeure essentiel », conclut l’association.

A lire aussi