Vaccin contre la grippe : comment est-il pris en charge par la Sécurité sociale ?

Contenu ajouté à votre liste de lecture

Voir mes favoris

Contenu supprimé de votre liste de lecture

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner

Après le début de l’automne, le 6 octobre, l’assurance maladie a lancé sa nouvelle campagne de prévention contre la grippe saisonnière, une maladie contagieuse susceptible de nécessiter une hospitalisation voire de mener à la mort dans les cas les plus graves.

Les personnes à risque

Les personnes jugées à risque peuvent bénéficier d’une prise en charge gratuite de leur vaccin. Il s’agit notamment des :

  • 65 ans et plus ;
  • personnes atteintes de certaines maladies chroniques, notamment les affections cardiaques ou respiratoires ;
  • femmes enceintes ;
  • les personnes souffrant d’obésité (indice de masse corporelle égal ou supérieur à 40) ;
  • membres de l’entourage familial des nourrissons de moins de 6 mois à risque de grippe grave.

Un bon de prise en charge

Vous relevez de l’une de ces situations ? L’assurance maladie vous envoie une invitation à vous faire vacciner et un bon de prise en charge.

  • Vous avez déjà été vacciné contre la grippe les trois années précédentes ? Vous pouvez retirer votre vaccin gratuitement dans une pharmacie et vous faire vacciner par votre médecin traitant ou un infirmier (sans prescription, sauf pour les femmes enceintes).
  • C’est la première fois que vous vous faites vacciner contre la grippe ? Vous devez apporter votre bon de prise en charge à votre médecin. Il vous prescrit le vaccin si ne vous présentez aucune contre-indication. Votre pharmacie vous remet le vaccin, l’injection étant réalisée par votre médecin traitant ou un infirmier (sur ordonnance).

Si vous n’avez pas reçu un bon de vaccination alors que vous estimez être une personne à risque, votre médecin peut vous prescrire le vaccin en l’absence de contre-indication.

Attention : le vaccin est pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale, mais pas l’injection. Celle-ci est remboursée dans les conditions habituelles par l’assurance maladie (60 % si un médecin a fait l’injection, 50 % si un infirmier l’a réalisée) et votre mutuelle, le cas échéant. Mais si vous être couvert par un mécanisme de prise en charge en totalité de vos soins (affection longue durée, couverture maladie universelle complémentaire, etc.), l’injection est gratuite.

POUR ALLER PLUS LOIN