Une meilleure information sur la composition des menus dans les cantines

Un récent décret détaille les modalités de l’expérimentation qui peut s’ouvrir dans les restaurants collectifs des collectivités territoriales.

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
1mn de lecture
Le dispositif est susceptible de concerner de nombreuses cantines d’établissements scolaires et de crèches.
Le dispositif est susceptible de concerner de nombreuses cantines d’établissements scolaires et de crèches.

Cette réforme peu contraignante figure dans la loi alimentation du 30 octobre 2018. L’article 26 du texte crée une expérimentation : la possibilité donnée aux « collectivités territoriales » (principalement les communes, les départements et les régions) de demander à l’Etat l’autorisation de « rendre obligatoire l’affichage de la composition des menus dans les services de restauration collective dont elles ont la charge ». Le gouvernement d’Edouard Philippe a détaillé, dans un décret paru mardi 16 avril au Journal officiel, les informations pouvant vous être transmises. Le dispositif est susceptible de viser des cantines d’établissements scolaires et de crèches.

La seule mention obligatoire, pour les collectivités choisissant de l’utiliser, concerne la catégorie dont les produits utilisés relèvent (bio, éco-label, etc.).

Les mentions possibles

L’affichage peut mentionner « le fournisseur des produits, le lieu de production, le mode de transformation des produits, les informations nutritionnelles ainsi que toute autre information jugée utile par la collectivité », indique le texte.

S’agissant des « plats préparés, la mention ‘‘fait maison’’ » est susceptible d’être communiquée. Seuls les plats élaborés sur place à partir de produits bruts, sauf exceptions, peuvent être dénommés ainsi.

L’utilisation de pictogrammes est possible pour fournir les différentes données.

Ces dernières peuvent être diffusées « par voie électronique » et non affichées.

Le test dure jusqu’à fin octobre 2021.

  • Pour consulter le décret, cliquez ici.
df
Timour Aggiouri
Publié le

Partager cet article :