Un nouveau logo nutritionnel à partir d’avril

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Un nouveau logo nutritionnel à partir d’avril
Un nouveau logo nutritionnel à partir d’avril Un nouveau logo nutritionnel à partir d’avril

Après avoir reçu les résultats de l’étude comparative de quatre systèmes d’étiquetage nutritionnel, le ministère de la Santé a tranché. Son choix se porte sur le logo Nutri-score (appelé aussi « 5 C »).

Ce logo répartit les produits en 5 classes, du vert (A) pour les produits de très bonne qualité nutritionnelle à l’orange foncé (E) pour les produits dont il est préférable de limiter la consommation.

Les résultats de l’étude confirment l’efficacité du système Nutri-score, tout particulièrement sur le tiers des consommateurs ayant les revenus les plus faibles », explique le ministère de la Santé.

Un logo facultatif

Ce nouveau logo sera recommandé aux entreprises de l’agroalimentaire et aux distributeurs.

Ainsi que l’impose la réglementation européenne, l’application du logo sera facultative et reposera sur le volontariat des entreprises de l’agroalimentaire et des distributeurs, ajoute la ministre de la Santé Marisol Touraine.

L’arrêté définissant le système d’étiquetage nutritionnel que les industriels pourront mettre en œuvre sera pris dès avril, annonce-t-elle.

Lutte contre les inégalités de santé

Le principe du logo est inscrit dans la loi de modernisation de notre système de santé. L’objectif est de prévenir et lutter contre les inégalités de santé.

La nutrition est un déterminant majeur de la santé, pour le surpoids, l’obésité et le diabète notamment, mais aussi certains cancers et les maladies cardiovasculaires. Elle est aussi un profond marqueur des inégalités sociales de santé : le risque d’obésité pour les enfants d’ouvriers est près de 5 fois plus élevé que pour les enfants de cadre, souligne Marisol Touraine.

A lire aussi