Travail : un robot détruit jusqu’à 7 emplois

1 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Entre 1990 et 2007, les robots ont détruit jusqu’à 670 000 emplois dans l’industrie manufacturière aux Etats-Unis.
Entre 1990 et 2007, les robots ont détruit jusqu’à 670 000 emplois dans l’industrie manufacturière aux Etats-Unis. Entre 1990 et 2007, les robots ont détruit jusqu’à 670 000 emplois dans l’industrie manufacturière aux Etats-Unis.

Introduire un robot dans une industrie entraîne en moyenne 6 à 7 emplois en moins dans la zone géographique qui l’entoure. En plus de remplacer un travailleur, le robot aura des répercussions sur l’ensemble des économies qui dépendent de l’industrie. C’est la conclusion d’une étude menée par deux chercheurs, Daron Acemoglu du MIT (Massachussetts of Technology) et Pascual Restrepo de la Boston University, sur les effets de la robotisation industrielle aux Etats-Unis de 1990 à 2007.

En mai 2016, dans une précédente étude, les deux économistes démontraient que les nouvelles technologies créeraient des emplois qualifiés qui compenseraient les pertes, et amélioreraient le niveau de rémunération.

En réalité, en passant de l’analyse théorique aux observations chiffrées, ils ont constaté l’inverse. Entre 1990 et 2007, les robots ont détruit jusqu’à 670 000 emplois dans l’industrie manufacturière aux Etats-Unis. Et la création d’emplois liée à la robotisation n’arrive pas à compenser ces destructions.

Elle provoque également, la plupart du temps, une baisse des salaires. D’après leurs calculs, un robot pour 1 000 travailleurs entraîne une réduction des salaires de 0,25 % à 0,50 %, conséquence d’un besoin moindre de main-d’œuvre et d’une baisse de la demande sur le marché du travail.

Un danger pour les années à venir

Ce constat n’est pas rassurant pour l’avenir. Car la robotisation du marché du travail devrait être multipliée par quatre d’ici 2025. Un développement qui sera difficilement compensé par une meilleure qualification des ouvriers.

A noter, ils se sont intéressés uniquement aux robots industriels, capables d’assembler, de souder seuls, et n’ont pas pris en compte les IA (Intelligences artificielles).

A lire aussi