Travail : quelles évolutions en trente ans ?

Plus tertiaire, plus féminin, plus précaire… en trente ans, le marché du travail français a bien changé.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
La France compte 25,8 millions d'actifs.
La France compte 25,8 millions d'actifs.

La France compte 25,8 millions de travailleurs. Soit une augmentation de 3,4 millions depuis le début des années 1980. Dans une étude publiée vendredi 13 janvier, le ministère du Travail revient sur les principales évolutions qu’ont connues les actifs.

Les services, secteur le plus dynamique

Depuis 30 ans, le tertiaire concentre le plus de créations de postes. 77 % des travailleurs y exercent leur métier. Les secteurs de la santé, de l’action sociale, culturelle et sportive représentent 10 % de l’emploi en général. Les services aux particuliers sont « très dynamiques ». « On compte désormais 1 million d’aides à domicile, aides ménagères et assistantes maternelles, soit trois fois plus qu’au début des années 1980 », précise la Dares, la direction des statistiques du ministère du Travail. D’autres domaines ont également bien progressé : les métiers du commerce (notamment les activités de conception et de marketing), l’informatique et les télécommunications.

Baisse des effectifs dans l’industrie et l’agriculture

A l’inverse, dans l’industrie, la baisse des effectifs a été importante, sous l’effet de « l’automatisation » et de la « concurrence des pays à bas coûts ». « Ces métiers ne représentent plus que 12 % de l’emploi, contre 18 % il y a trente ans ». Même tendance dans l’agriculture, où les effectifs ont été divisés par deux, passant de deux millions à 958 000.

Dans la construction, l’emploi est resté stable avec toutefois une forte baisse des ouvriers non qualifiés et une nette progression des métiers qualifiés (ingénieurs, techniciens, agents de maîtrise).

De manière générale, il y a eu une « forte progression des métiers les plus qualifiés ». Huit travailleurs sur dix sont diplômés aujourd’hui, contre moins de la moitié il y a trente ans.

48 % des emplois sont occupés par des femmes

Autre tendance : la féminisation de l’emploi. Le nombre de femmes en activité a augmenté de 3,2 millions tandis que le nombre d’hommes n’a progressé que de 200 000. Elles occupent aujourd’hui en moyenne 48 % des emplois, contre 41 % il y a trente ans. Cette progression est très nette dans les métiers du tertiaire, les services administratifs, la comptabilité, la banque et les assurances mais également les métiers du droit. Certains métiers leur restent toujours fermés : maintenance, bâtiment, mécanique.

Contrats courts et temps partiel en nette progression

Par ailleurs, sur cette période longue, les emplois non-salariés (indépendants, professions libérales) ont reculé : les effectifs sont passés de 3,8 millions à 2,9 millions. La progression de l’emploi salarié (de 83 % à 89 %) s’est accompagnée de l’explosion des contrats courts (CDD, intérim) qui touchent davantage les jeunes (27 % des moins de 30 ans). Le temps partiel s’est aussi beaucoup développé, avec 4,8 millions de personnes, contre 2,2 millions il y a 30 ans.

Pour consulter l’étude de la Dares, cliquez ici.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :