Tout ce qui change au 1er octobre

2 min de lecture

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
Tout ce qui change au 1er octobre
Tout ce qui change au 1er octobre Tout ce qui change au 1er octobre

Baisse du prix du gaz

Bonne nouvelle pour les abonnés au gaz : les tarifs réglementés pratiqués par Engie vont diminuer de 0,8 % dès le 1er octobre par rapport au mois de septembre, indique la Commission de régulation de l’énergie (CRE) dans une délibération rendue vendredi 23 septembre, validant la « proposition de barème » de l’entreprise (ex-GDF Suez). Cette baisse intervient après trois mois consécutifs de hausse.

Réforme des allocations logement

A compter du 1er octobre, le patrimoine des familles dépassant 30 000 € est retenu dans le calcul des aides personnalisées au logement (APL), à savoir les livrets d’épargne et les biens immobiliers en résidence secondaire ; résidence principale et biens à usage professionnel, eux, ne sont pas pris en compte. Cette mesure s’applique aux nouveaux demandeurs de l’APL à compter du 1er octobre et aux titulaires de l’aide au fur et à mesure du traitement des dossiers par les Caisses d’allocations familiales (CAF). Pour certains, les APL baisseront, voire seront supprimées. Titulaires de l’Allocation adulte handicapé (AAH) et personnes âgées dépendantes en maison de retraite (EHPAD) ne sont pas concernés par la réforme.

Extension de la garantie Visale

Cette garantie locative accordée gratuitement par Action logement est étendue à compter du 1er octobre à tous les futurs locataires de moins de 30 ans, y compris les étudiants, et continue à profiter aux salariés de plus de 30 ans en situation précaire.En vigueur depuis le début 2016, Visale évite au locataire d’avoir à fournir un garant et au bailleur de souscrire une assurance contre les loyers impayés. En effet, elle permet à ce dernier, en cas de défaillance du locataire, d’obtenir le remboursement des loyers impayés, charges comprises, pendant les trois premières années du bail. Le loyer, charges comprises, ne doit pas dépasser 1 300 € par mois (1500 € pour Paris intra-Muros). Côté démarche, il suffit de demander un visa directement sur visale.fr et de le présenter au bailleur. Ce dernier devra à son tour s’enregistrer sur le site pour obtenir immédiatement en ligne son contrat de cautionnement. En cas d’impayés, il lui suffit de déclarer son sinistre en ligne pour être remboursé par Action Logement.

Pas de changement côté retraite

En revanche, les pensions de retraite versées par l’assurance retraite ne sont pas revalorisées. Elles sont gelées.

A lire aussi