Toit + moi : faire cohabiter les retraités et les étudiants européens

1 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
En 2018, des seniors résidant à Lille, Bordeaux et Paris pourront accueillir des étudiants Erasmus chez eux.
En 2018, des seniors résidant à Lille, Bordeaux et Paris pourront accueillir des étudiants Erasmus chez eux. En 2018, des seniors résidant à Lille, Bordeaux et Paris pourront accueillir des étudiants Erasmus chez eux.

Rompre l’isolement des retraités. C’est l’objectif du service numérique Toit + moi de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav). L’idée est de permettre à des étudiants, apprentis ou volontaires inscrits au programme Erasmus+ à la recherche d’une chambre de venir habiter chez une personne âgée.

Il s’agit d’une cohabitation et non d’une colocation. « Aucun engagement monétaire ou d’obligation de présence n’est imposé », explique l’assurance retraite dans un communiqué. Seule une participation aux charges courantes (électricité, eau, Internet, etc.) de 150 euros maximum par mois est demandée.

« Pour les seniors, ce dispositif permet une présence rassurante et une ouverture à une autre culture. Pour les jeunes, il supprime un frein à la mobilité en simplifiant l’accès au logement dans le pays d’accueil ».

Après une phase test menée en septembre dernier à Bordeaux – où dix retraités ont hébergé gratuitement dix étudiants espagnols –, le service sera accessible à partir de janvier 2018 aux retraités résidant à Bordeaux, Paris et Lille. Il sera ensuite étendu à l’accueil de jeunes européens chez des retraités en Espagne et en Belgique.

Comment ça marche ?

Tout se passe via la plateforme en ligne. Les personnes âgées intéressées se créent un compte et choisissent une association locale, qui jouera un rôle de conciliateur tout au long de la cohabitation. Les jeunes en Erasmus se créent également un compte et prennent contact avec les hôtes proposant une chambre. Une fois la cohabitation décidée, l’hôte et le locataire signent une convention d’hébergement précisant les dates d’arrivée et de départ.

A lire aussi