80 % des femmes handicapées sont victimes de violences : comment agir

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Serghei Turcanu

Briser un tabou et libérer la parole. C’est l’objectif du Facebook live dédié aux violences faites aux femmes handicapées organisé vendredi 7 mai par les associations EwenLife Maladies rares et Femmes pour le dire, femmes pour agir (FDFA).

Aujourd’hui en France, 80 % des femmes en situation de handicap seraient victimes de violences, principalement au sein de leur domicile, d’après l’association Femmes pour le dire, femmes pour agir (FDFA). Elles prennent des formes multiples : physiques, verbales, psychologiques, sexuelles, médicamenteuses, professionnelles, alimentaires, économiques. Problème, la situation de dépendance morale ou économique des victimes vis-à-vis de leur agresseur, qui peut être un membre de la famille, un aidant ou encore un soignant, les empêchent le plus souvent de parler ou de porter plainte par crainte des représailles. « Depuis le premier confinement, la parole a commencé à se libérer. Nous avons récolté des témoignages lourds, voire très lourds, explique Estelle Dubois, représentante de l’association Ewenlife qui vient en aide aux patients atteints de maladies rares et aux aidants. Nous avons à la fois des victimes qui ont peur de parler parce qu’elles sont en situation de dépendance, et d’autres qui trouvent les violences subies normales parce qu’elles les endurent depuis longtemps ».

Un Facebook live pour sensibiliser les femmes handicapées et leurs proches

Pour encourager les victimes à s’exprimer et lutter contre la banalisation des violences, Ewenlife a décidé de s’associer avec l’association Femmes pour le dire, femmes pour agir afin d’organiser un événement en direct sur Facebook, le vendredi 7 mai de 12h à 13h.

Le Facebook live sera accessible sur la page « EwenLife Maladies Rares ». Le but est de faire réaliser aux femmes handicapées qu’elles subissent des violences, qu’il est important d’en parler et que des outils sont mis à leur disposition pour les aider à s’en sortir. Il sera disponible en replay le 8 mai avec les sous-titres.

Une ligne téléphonique et un site internet pour aider les victimes

Depuis 2015, la FDFA a mis en place une ligne d’écoute, d’orientation et d’aide sociale, juridique, psychologique et administrative nationale destinée aux femmes handicapées, victimes de violences et de maltraitance. Il s’agit du 01 40 47 06 06. La permanence téléphonique est joignable le lundi de 10h à 13h et de 14h30 à 17h30 ainsi que le jeudi de 10h à 13h. L’appel est anonyme et non surtaxé. Les femmes déficientes auditives peuvent contacter l’association via l’adresse mail ecoute@fdfa.fr.

Depuis fin novembre, le site ecoute-violences-femmes-handicapees.fr complète le dispositif. Il donne notamment les démarches à effectuer pour réagir en cas de violence.

A lire aussi