Variants du Covid-19 : certains masques en tissu sont moins efficaces

Face aux variants du Covid-19 plus contagieux, le Haut conseil de la santé publique recommande d’éviter certains masques en tissu moins filtrants et d’augmenter la distanciation sociale à 2 mètres.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Giulio Fornasar

Les masques en tissu, des passoires à coronavirus ? Face à l’arrivée dans le pays des variants anglais, sud-africain et brésilien du Covid-19 plus transmissibles, le Haut conseil de la santé publique (HCSP) recommande, dans un avis transmis dimanche à la direction générale de la santé (DGS), de ne plus utiliser certains types de masques.

Abandonner les masques en tissu de catégorie 2 et les masques artisanaux

Le groupe de travail permanent Covid-19 de l'instance conseille d’abandonner les masques en tissu aux normes Afnor de catégorie 2 qui ne filtrent que 70 % des particules, ainsi que ceux fabriqués de manière artisanale, qui ne sont pas testés en termes de performance. Il recommande à la population de porter des masques de catégorie 1, qui filtrent, eux, 90 % des particules. « Les masques en tissu de catégorie 1, fournis par les industriels, validés par la direction générale des armées, en termes de performance, sont aussi efficaces que les masques chirurgicaux », a expliqué sur BFMTV  Didier Lepelletier, coprésident du groupe de travail. Pour savoir à quelle catégorie appartient un masque, il suffit de regarder sur l’emballage. Elle y est clairement inscrite.

Le masque FFP2 réservé aux soignants

En revanche, le HCSP ne préconise pas, comme viennent de le décider l’Autriche et une partie de l’Allemagne dans les transports en commun et les commerces, l’usage grand public des masques FFP2, utilisés par les soignants et qui filtrent au moins 94 % des particules. « En population générale, cela ne me semble pas raisonnable », a expliqué le Pr Lepelletier sur Franceinfo car « on le porterait mal » et il est « démontré » qu’une étanchéité totale est nécessaire pour qu’il soit totalement efficace.

2 mètres de distance entre les personnes

Face aux variants du Covid-19, les scientifiques recommandent également d’augmenter la distanciation sociale à 2 mètres, au lieu d’1 mètre actuellement. « A l'occasion des avis du mois de décembre sur les commerces ou sur les fêtes de fin d'année, on est effectivement passé à ces 2 mètres. La pénétration des nouveaux variants (...) est peut-être l'occasion d'officialiser ces 2 mètres », a estimé le Pr Lepelletier.

Suite à ces nouvelles recommandations, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a estimé mardi sur France Inter que « la quasi-totalité des masques industriels » en tissu vendus en France restait valable pour limiter la propagation du Covid-19. « La quasi-totalité des masques industriels grand public ont des capacités filtrantes supérieures à 90 %. C'est ce qu'on appelle les masques grand public de niveau 1 », a-t-il indiqué. « En revanche, le masque artisanal qu'on fabrique chez soi avec la meilleure intention du monde, en respectant les normes Afnor, (...) n'offre pas nécessairement toutes les garanties nécessaires » pour le Haut conseil de la santé publique, a poursuivi le ministre.

Partager cet article :