Vaccination contre le Covid-19 : vous pouvez signaler tout effet indésirable

Vous venez d’être vacciné contre le Covid-19 et observez un effet indésirable grave ou inattendu ? Signalez-le immédiatement à votre médecin et déclarez-le sur le site du ministère de la Santé afin d’informer les autorités sanitaires. Voici la procédure.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
3mn de lecture
© Ridofranz

Douleur au point d’injection, rougeur, œdème, maux de tête, fatigue, fièvre… Les effets secondaires associés aux vaccins contre le Covid-19 autorisés en France – Moderna et Pfizer/BioNTech – sont principalement mineurs, sans gravité et disparaissent au bout de quelques heures ou quelques jours. Mais il est possible que d’autres effets indésirables, plus importants, comme des réactions allergiques, surviennent. Des effets graves et inconnus au moment de la mise sur le marché des vaccins peuvent également se manifester. C’est pourquoi l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a mis en place en France un dispositif spécifique de surveillance renforcée des effets des vaccins anti-Covid-19, qui s’intègre dans le plan de gestion des risques coordonné par l’Agence européenne du médicament (EMA).

Comment signaler un effet indésirable ?

Si, à la suite de la vaccination, vous constatez des symptômes graves et/ou inhabituels, parlez-en immédiatement à votre médecin traitant ou à un pharmacien. Vous êtes également invité à déclarer les effets indésirables sur le portail de signalement, accessible depuis signalement-sante.gouv.fr, afin que les autorités de santé soient informées rapidement et puissent prendre  des mesures si nécessaire. Les professionnels de santé peuvent effectuer la déclaration à votre place.

Avant de remplir le formulaire, munissez-vous :

  • du certificat de vaccination qui mentionne le nom du vaccin, le numéro de lot, la date de vaccination, 1ère ou 2e dose, la voie d’administration, le site d’injection ;
  • du nom du professionnel de santé vaccinateur ;
  • de l’éventuelle ordonnance de vos médicaments habituels ou d’autres médicaments que vous auriez pris précédemment.

Scannez si possible ces documents afin de les joindre à votre déclaration.

Au moment de remplir votre déclaration, pensez à :

  • préciser vos éventuelles maladies chroniques ;
  • décrire très précisément les symptômes que vous ressentez ou avez ressenti (date de début, date de fin ou en cours) ;
  • signalez si vous avez été hospitalisé en raison de cet effet indésirable.

Comment s’effectue l’expertise médicale ?

Une fois le formulaire rempli, vous recevez un accusé de réception et un numéro de suivi confirmant que votre signalement a bien été enregistré. Il est transmis au Centre régional de pharmacovigilance (CRPV) dont vous dépendez et est examiné par un expert médecin ou pharmacien. Il pourra éventuellement vous contacter ou contacter votre médecin traitant, dans le respect du secret médical.

L’ensemble des signalements sont enregistrés dans la base nationale de pharmacovigilance gérée par l’ANSM afin qu’une analyse nationale, mais aussi européenne, soit réalisée.

Combien d’effets indésirables graves relevés ?

Six effets indésirables graves, « 4 cas de réactions allergiques et 2 cas de tachycardie », avec une évolution favorable, et un décès sans lien confirmé avec la vaccination, ont été observés avec le vaccin Comirnaty de Pfizer/BioNTech lors de la troisième semaine de vaccination contre le Covid-19, a indiqué jeudi 14 janvier l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) dans son point de situation hebdomadaire sur les effets des vaccins contre le coronavirus. « Une trentaine de cas d’effets indésirables non graves en lien avec le vaccin Comirnaty ont, par ailleurs, été enregistrés dans la base nationale de pharmacovigilance », précise le rapport. « Suite à la survenue de cas de paralysies faciales dans d’autres pays avec le vaccin Comirnaty, une expertise a été demandée à un centre de pharmacovigilance. L’analyse de ces cas étrangers confirme que ces troubles surviennent de façon extrêmement rare avec une incidence qui ne dépasse pas celle observée chaque année en période hivernale dans la population générale ». D’après les chiffres fournis lundi 18 janvier par le ministère de la Santé, 479 873 Français avaient reçu une dose de vaccin contre le Covid-19 depuis le début de la campagne de vaccination.

Partager cet article :