Vaccination des adolescents : voici l’autorisation parentale à remplir

2 min de lecture

Retrouvez ce contenu dans votre compte en cliquant sur ce lien

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris

Voir mes favoris

Ce contenu a bien été supprimé de vos favoris

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
© anyaivanova

A partir de ce mardi 15 juin, la vaccination contre le Covid-19 s’ouvre aux adolescents en France. Les jeunes âgés de 12 à 17 ans inclus pourront recevoir le vaccin Pfizer/BioNTech, le premier à avoir obtenu le feu vert pour être utilisé chez les mineurs. Jusqu’à présent, seules les personnes de 16 à 17 ans pouvaient être vaccinées, à condition de souffrir d’une pathologie à très haut risque de forme grave de Covid-19, ou d’être le proche d’une personne immunodéprimée.

Une autorisation parentale à la vaccination obligatoire

La vaccination des moins de 18 ans s’effectuera sur la base du volontariat avec l’accord des parents. Dans une note adressée aux professionnels de santé, le ministère de la Santé explique que les deux parents (ou tuteurs légaux) devront compléter et signer un formulaire d’autorisation parentale à la vaccination contre le Covid-19 avant l’arrivée ou à l’arrivée dans le centre de vaccination. Il est possible de le télécharger ici. L’autorisation d’un seul parent suffit « pour les jeunes à haut risque de forme grave de Covid-19 du fait d’une pathologie dont ils sont atteints ».

Si le jour de la vaccination, un seul parent est présent, il devra s’engager sur l’honneur à ce que le parent co-titulaire de l’autorité parentale ait bien donné son autorisation. Les professionnels de santé devront l’informer que « toute déclaration ou information qui s’aèrerait erronée ultérieurement, engage sa seule responsabilité ».

Consentement oral du mineur obligatoire

Par ailleurs, conformément aux recommandations du Comité consultatif national d’éthique du 8 juin 2021, les mineurs devront recevoir, lors de l’entretien préparatoire à la vaccination, « une information claire et adaptée à leur âge sur les incertitudes liées à la maladie, sur le vaccin lui-même et à propos de son efficacité à moyen et long terme, ainsi que sur les moyens complémentaires de prévenir la maladie. L’administration du vaccin sera alors conditionnée au consentement libre et éclairé du mineur concerné ». Le consentement oral suffit.

Enfin, l’adolescent devra présenter la carte vitale d’un de ses parents, même s’il a plus de 16 ans et en possède une à son nom, afin d’assurer « le bon remplissage de l’outil Vaccin Covid ».

A lire aussi