Vaccin contre la grippe : quelle prise en charge ?

La campagne nationale de vaccination antigrippale a démarré mardi 15 octobre avec une nouveauté cette année : la possibilité de se faire vacciner en pharmacie.
2mn de lecture
Le vaccin contre la grippe est recommandé pour les femmes enceintes.

Chaque hiver, l’épidémie de grippe touche entre 2 et 6 millions de Français. Cette maladie peut entraîner des complications graves chez les personnes dont la santé est déjà fragile. L’année dernière, 9 900 personnes en sont décédées, 87 % d’entre elles étaient âgées de 75 ans et plus. Afin d’inciter les Français à se faire vacciner, l’Assurance-maladie organise chaque année une campagne de prévention. Commencée mardi 15 octobre, elle se déroule jusqu’au 31 janvier 2020.

Vaccin gratuit pour les personnes fragiles

Si le vaccin n’est pas obligatoire, il est recommandé pour les personnes les plus exposées aux risques de complications graves :

  • les personnes âgées de 65 ans et plus, ou atteintes de certaines maladies chroniques (affections cardiaques ou respiratoires notamment, la liste complète ici) ;
  • les femmes enceintes ;
  • les personnes obèses (avec un indice de masse corporelle égal ou supérieur à 40 kg/m2) ;
  • l’entourage familial des nourrissons de moins de six mois présentant des facteurs de risque de grippe grave et des personnes immuno-déprimées.

Prise en charge à 100 % pour les personnes fragiles

Pour toutes ces personnes, le coût du vaccin est pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale. L’Assurance-maladie leur envoie (à l’exception des femmes enceintes, de l’entourage des nourrissons à risque de grippe grave ou des personnes immuno-déprimées et des personnes obèses qui sont plus difficiles à identifier) un courrier avec un bon de prise en charge permettant la délivrance gratuite du vaccin. Il est valable jusqu’au 31 janvier 2020.

Se faire vacciner par un pharmacien

Cette année, la procédure est simplifiée pour les personnes majeures éligibles à la vaccination, qu’elles aient été précédemment vaccinées ou non. Elles peuvent retirer directement leur vaccin gratuitement en pharmacie sur présentation du bon de prise en charge et se faire vacciner par le professionnel de leur choix : un médecin, une sage-femme, un infirmier ou un pharmacien volontaire. Expérimentée dans quatre régions (Occitanie, Auvergne Rhône-Alpes, Nouvelle Aquitaine et Hauts-de-France), la vaccination en pharmacie est désormais étendue à tout le territoire. En revanche, jusqu’à 18 ans, la prescription médicale reste nécessaire.

A noter : Si vous n’avez pas reçu de bon de prise en charge mais pensez pouvoir en bénéficier, consultez votre médecin ou sage-femme qui pourra vous remettre un bon.

Pour tous les autres assurés, le vaccin est payant. Il coûte en moyenne 6 € (prix fixé par les pharmaciens). La prise en charge par l’Assurance maladie est équivalente à 65 % du montant du vaccin, soit un reste à charge de 2 € en moyenne.

L’injection n’est pas gratuite

Attention, l’injection n’est pas gratuite. Son remboursement est le même que pour une consultation habituelle chez un médecin traitant (70 % du tarif de base de la Sécurité sociale) ou chez un infirmier (60 %). Le reste à charge est ensuite remboursé, en tout ou partie, par les mutuelles pour celles et ceux qui en ont une.

En revanche, l’acte de vaccination est pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale pour les patients atteint d’une affection de longue durée (ALD).

df
Sarah Corbeel
Publié le