Tests salivaires du Covid-19 : êtes-vous prioritaire ?

Plus rapides, non invasifs et indolores, les tests salivaires pourront être une alternative aux tests virologiques sur prélèvements nasopharyngés pour dépister le Covid-19 chez certains patients.

Ce contenu a bien été ajouté à vos favoris dans votre compte

Voir mes favoris

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être connecté(e)

Me connecter

Pour ajouter ce contenu à vos favoris vous devez être abonné(e)

M'abonner
2mn de lecture
© Juliano703

Les tests salivaires pourront être utilisés pour détecter les infections au coronavirus, mais uniquement chez les personnes présentant des symptômes, selon un avis de la Haute autorité de Santé (HAS) rendu vendredi 18 septembre.

Comment fonctionnent les tests salivaires ?

Moins désagréable et plus rapide à réaliser que le test nasopharyngé, le test salivaire permet de détecter la présence du matériel génétique du coronavirus à partir d’un simple prélèvement de salive. Pour le réaliser, il suffit de cracher dans un tube au laboratoire, chez le médecin ou même chez soi et de le ramener dans un laboratoire dans les 48 heures. Le prélèvement est ensuite analysé sur les mêmes machines que celles utilisées pour les tests RT-PCR. Des autotests seront disponibles en pharmacie et en laboratoire.

A qui s’adressent les tests salivaires ?

La Haute autorité de santé recommande l’utilisation des tests salivaires chez les personnes présentant des symptômes du coronavirus depuis moins de sept jours (fièvre, toux, grande fatigue, perte du goût et de l’odorat, etc.) et non hospitalisées. Ces tests doivent être réservés en priorité aux patients pour qui le test dans le nez est plus difficile, c’est-à-dire aux enfants, aux personnes âgées et aux personnes présentant des troubles psychiatriques ou chez qui le test sur prélèvement nasopharyngé est contre-indiqué.

En revanche, la HAS ne recommande pas les tests salivaires sur les personnes sans symptômes parce que les performances de ces tests ne sont pas suffisantes pour les asymptomatiques. « Nous raterions trois personnes positives sur quatre, soit un taux d’erreurde 75 % », a indiqué le professeur Dominique Le Guludec, présidente du Collège de la Haute Autorité de Santé, au cours d'une conférence de presse en ligne. 

Quand seront-ils disponibles ?

Les tests salivaires seront « mis en place très probablement fin septembre ou début octobre », avait indiqué le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, le 15 septembre dernier devant la commission d’enquête sénatoriale sur la gestion du Covid-19.

Seront-ils remboursés ?

L’Assurance-maladie doit se prononcer dans les jours qui viennent sur le remboursement des tests salivaires. Actuellement, les tests RT-PCR sont entièrement remboursés par la Sécurité sociale sur présentation de la carte Vitale. Il n’y a pas besoin d’une ordonnance pour les effectuer.

df
Sarah Corbeel
Publié le

Partager cet article :